Street Fighter V Saison 2

Street Fighter V

PC PS4

Street Fighter V vivra jusque 2020 !

Street Fighter V Saison 2
S’il y a une mode que l’on apprécie dans le récent paysage vidéoludique, c’est bien de soutenir les jeux. En effet, depuis 2008 déjà, les développeurs prenaient le soin d’apporter un lot de DLC après la sortie de leur jeu, prétextant que certains développeurs pouvaient encore travailler sur ces DLC pendant que l’équipe principale travaillait sur le jeu en lui même. Fort de ce commerce, les Season Pass sont arrivés, histoire d’enfoncer le clou. Mais depuis quelque temps la mode est au suivi gratuit, ou presque d’un jeu. Les développeurs proposent un bon nombre de mises à jour gratuites permettant de garder le joueur sur son achat, le plus longtemps possible.

Un système intéressant qui devrait arriver sur Street Fighter V si l’on en croit Yoshinori Ono et Tomoaki Ayano, les producteurs du jeu. Dans une interview donnée à Famitsu, ils déclarent vouloir suivre le jeu… jusqu’en 2020. Soit quatre années à supporter le jeu et à l’améliorer, notamment avec du contenu. Évidemment le cas de Street Fighter V est différent puisqu’il vise l’eSport. Si le jeu vit plus longtemps, plus de joueurs pourront tenter de s’améliorer. Pourquoi toucher à l’eSport ? Car cette discipline fait une belle promo sur le jeu, qui sera visible un peu partout à peu de frais.

Et Street Fighter V peut clairement jouer dans cette catégorie, et l’a déjà fait auparavant. Le jeu s’est en effet vendu à 1, 4 millions de copies d’après les chiffres de mai 2016. Le studio voulait tout de même atteindre les 2 millions pour ce mois. Quoi qu’il en soit le jeu devrait donc se gonfler petit à petit et ce n’est pas un mal. La presse a en effet critiqué le manque de contenu sur le jeu, notamment avec l’absence d’un mode solo. On sentait déjà l’attrait de la scène eSport, au détriment du joueur moyen.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse