The Binding of Isaac : Afterbirth+

The Binding of Isaac : Afterbirth+

Nintendo Switch PC PS4 Xbox One

La Switch perd un de ses jeux de lancement

The Binding of Isaac : Afterbirth+
Parmi les nombreuses critiques qui ont été faites à la Nintendo Switch après sa conférence en janvier, il y a le line-up. SI d’habitude les constructeurs essaient d’avoir un line-up riche et exclusif, ici, la Switch aura à peine une dizaine de jeux, dont peu sont exclusifs. On retrouvait d’ailleurs parmi ceux-ci The Binding of Isaac : Afterbirth +, qui finalement sortira plus tard.

Nicalis, l’éditeur du jeu, a finalement repoussé la date de sortie du titre à quelques jours de sa sortie. C’est sur Tumblr que la chose a été annoncée, même si aucune explication précise n’a été donnée. Peut-être que le titre n’était pas encore tout à fait opérationnel. Quoi qu’il en soit, il ne faudra pas attendre bien longtemps pour le retrouver sur Switch. Les développeurs annoncent tout de même une sortie en mars. Au final, peu importe qu’il sorte quelques jours après ou non. Cela affaiblit encore plus le line-up Switch plus que de raison. En se retirant de quelques jours, on a encore plus l’impression que la Switch est arrivée trop tôt, sans être équipée. Et ce même si The Binding of Isaac est un titre sorti depuis plusieurs années déjà.

En marge de cela, Nicalis a tout de même révélé la fameuse surprise annoncée il y a peu. Les 1000 premiers précommandeurs du jeu recevront en effet… une planche de stickers ! Plus intéressant, on trouvera surtout une pochette alternative pour la boîte ainsi qu’un livret du jeu, avec des artworks inédits. Si cela vous intéresse, sachez que cette version du jeu coûte 40 €. Il faut dire que cette édition est (on l’espère) ultime, comprenant ainsi 500 objets et armes répartis dans quelque 600 pièces. Le cauchemar des perfectionnistes, mais le rêve de tous les joueurs de rogue-like. On ne présente plus d’ailleurs The Binding of Isaac qui est devenu un classique du genre avec son ambiance malsaine au possible.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse