TEST – Dead In Vinland : Viking un jour, viking toujours !

PC
Les vikings sont des brutes épaisses qui ne pensent qu’à la beuverie et ne jurent que par la castagne ! Et bien pas tous répondent les Lillois de CCCP à qui l’on doit Dead In Vinland. Sorti sur PC le 12 avril 2018, le titre vous propose une autre approche de ces scandinaves dans un bon jeu de gestion et de survie.

Vers l’infini et le Valhalla :

Dead In VinlandPour ceux qui connaissent Dead In Bermuda, sorti en 2015 par les mêmes développeurs, Dead In Vinland reprend les mêmes bases que son prédécesseur. Le but est donc d’assurer la survie d’un groupe de personnes sur une île (pas) déserte et de gérer efficacement un camp. Ici vous devrez aider une famille de Vikings à savoir pourquoi ils ont été bannis de leur village. Ne connaissant pas du tout le premier opus, le didacticiel m’a été d’une très grand aide bien que mes choix ont réussi à me faire échouer ma première partie en seulement trois jours…Bien évidemment si l’un des membres de votre groupe de base meurt il faudra recommencer la partie depuis le début. Autant vous dire que le premier challenge de ce jeu est véritablement la SURVIE. Votre groupe, composé d’Eirik, sa femme Blodeuwedd, sa fille Kari et sa belle sœur Moira disposent chacun de cinq jauges que vous devrez impérativement avoir constamment à l’œil. Le sommeil, la maladie, la faim, le moral et les blessures sont donc à surveiller.

Si l’une d’elles arrive à 100 la partie se termine. Pas de continue, pas fée planquée dans un flacon pour une vie supplémentaires et pas de champignons vert…Bon pour ma part après mon premier échec cuisant (la belle sœur n’avait plus le moral et elle s’est pendue..), j’ai recommencé une partie en mode facile ici appelé mode vacances. Et bien je peux vous dire que ces vacances je vais m’en souvenir !

Sur la plage abandonnée :

Dead In VinlandUne fois les mécaniques du jeux bien assimilées, on se décide à regarder les fiches de nos différents protagonistes. Tout y est, rien n’a été oublié, le studio maîtrise le sujet en rendant tout cela très intuitif. Le gros problème ne vient pas du jeu mais du joueur, il faut penser à chaque éventualités. Vos personnages doivent se nourrir et s’hydrater, il faut donc traiter l’eau et chasser. Ces actions consomment votre fatigue et augmentent la dépression suivant la récolte de votre butin. La cueillette est importante mais peut également vous blesser tout comme manger un plat non cuisiné peut vous rendre malade. Si vos premières actions se feront à tâtons, les jours défileront et si vous êtes toujours en vie vous découvrirez à quel point CCCP excelle dans ce style de jeu. Moi qui pensais que Dead In Vinland était mou je me suis retrouvé agréablement surpris à toujours en redemander afin de savoir ce qu’il se passera les jours suivants. Pour ce qui est des journées, elles se déroulent en trois temps.

Les deux premiers sont des phases d’actions ou le but sera d’assigner des taches à votre petite famille alors que la troisième sera celle du repos et de la distribution des rations en fonction des besoins. Vos quatre vikings seront réunis autour d’un feu de camp qui ne doit surtout pas s’éteindre et feront le point sur la journée. Vous aurez à interagir pendant les dialogues et encore une fois, vos choix affecteront le moral et les sentiments de vos troupes. La aussi la tension est palpable, avez-vous assez d’eau pour tous le monde ? Le feu contient-il assez de bois ? Les rations sont-elles suffisantes ?

Ohé, Ohé ! Capitaine abandonné !

Dead In Vinland

Quand je disais que vous vous échouez sur une île pas si déserte que ça, c’est que durant les phases d’explorations vous pourrez tomber sur d’autres personnes. Si certaines vous donnerons un coup de main volontiers, d’autres une fois les premiers jours passés….je ne vais quand même pas vous dévoiler l’histoire ! D’autres donc n’hésiterons pas à vous attaquer. Chaque personnes que vous ralliez à votre cause dispose de ces propres caractéristiques. Il reste donc à choisir lesquels viendront s’ajouter à votre communauté afin d’augmenter vos compétences de soin, d’exploration, de changement de statut…Grâce à vos nouveaux acolytes, votre scénario va également évoluer.

Amour secret, humour on affrontements, la phase du repas du soir sera parfois aussi captivante qu’un épisode des feux de l’amour…Qui dit groupe qui augmente dit également bouches supplémentaires à nourrir et à déshydrater. Encore une fois, la difficulté bien présente jonglera avec le stress afin de savoir si oui ou non le pauvre amour secret de la fille Kari va passer la nuit. Oui il est beau, il est rapide, mais il se sait pas chasser ni fabriquer des objets sous peine de se blesser et avoir trois jours d’ITT. La question sera donc est-ce qu’il est indispensable au groupe ou le fait de le laisser mourir et récupérer une ration d’eau et de nourriture est le plus important ? Kari risque la dépression, ce qui en soit n’est pas grand chose mais sa motivation sera diminuée, elle ramassera moins de baies à la cueillette. Manque de bol, le lendemain il pleut et même le problème de la réserve d’eau sera oubliée pour la journée avec la météo, ce sale temps rendra vos personnages dépressif…Au moins la cueillette sera meilleure avec la pluie. Voila encore un problème, impossible de prévoir à long terme ce que votre troupe va faire le jour suivant.

Jumanji !

Dead In Vinland

Parfois on à l’impression que c’est juste une grosse blague, en effet chaque action est soumise à un jeté de dé transparent pour vous mais déterminant pour la réussite ou non de votre action. Si la capacité de votre personnage choisi pour effectuer l’action demandée est élevée le pourcentage de réussite le sera aussi. Ce qui ne veut pas dire que vous échouerez systématiquement mais le gros problème de Dead In Vinalnd est bien là : la chance y est pour beaucoup. A la manière d’un dungeons & dragons, l’échec sera omniprésent et la punition sera souvent salée. La possibilité de revenir quelques jours en arrière vous sera d’une grande aide mais tôt ou tard votre destin vous rattrapera. Heureusement une sauvegarde automatique est effectuée chaque petit matin ce qui permet de pouvoir avancer dans l’aventure en limitant les dégâts si par inadvertance vous avez demandé à Eirik de ramasser les jolies baies roses pastels alors que celui-ci est une bille en cueillette…Si le premier point essentiel du jeu est la survie, le deuxième gros morceau du bébé de CCCP est l’exploration qui vous fera progresser dans l’histoire.

Encore une fois le hasard sera de mise et il faudra choisir la personne la plus qualifiée pour effectuer les différentes actions. Oh un coffre au trésor abandonné ! Ça parait louche que personne ne l’ai récupéré avant, c’est surement un piège ! J’y vais ? J’y vais pas ? Ah trop tard, le temps que je me décide le coffre à disparu, moins dix points pour le moral…

Conclusion :

Dead In Vinland est un jeu immersif à souhait parfaitement bien maîtrisé par le studio français. Le challenge est permanent et bien que le hasard soit omniprésent, les nombreuses situations et les caractères de vos personnages en font un titre très attachant et difficile à lâché une fois lancé. Bien que non adepte de ce style de jeu de gestion/survie je me suis bien laissé entraîné par l’univers des vikings et sa musique d’ambiance qui colle bien au thème abordé. Le seul gros point noir serait ce système de victoire aléatoire pour chacune des actions ce qui oblige à recommencer l’aventure un nombre incalculable de fois. Du coup, à force de refaire l’histoire l’effet de surprise s’estompe ce qui est un peu dommage. 

Points positifs

  • La VF
  • L'univers viking
  • Le challenge
  • Une immersion totale
  • Des mécaniques de jeu nombreuses

Points négatifs

  • Le challenge
  • Le système de réussite trop aléatoire
  • Des dialogues assez répétitifs
  • La fin de la partie souvent présente
7

Bon