TEST – Fallout 76 – Le pire épisode de la saga

PC PS4 Xbox One

C’est en 1997 qu’est né Fallout sur PC. Avec son environnement steampunk à la fois futuriste et son histoire influencée par l’après guerre américaine des années 50, le jeu de Black Isle Studios a été très bien accueilli par la presse et par les joueurs. Devant un tel succès, les développeurs ont imaginé une suite en 1998 avant de céder la série à Bethesda Softworks. La filiale de ZeniMax Media a, au jour d’aujourd’hui, sorti quatre titres de plus pour la franchise et nous allons voir ce que vaut le dernier en date intitulé Fallout 76.

TEST - Fallout 76

TEST - Fallout 76Retour vers le futur :

En premier lieu, il est bon de rappeler que Fallout 76 est une préquelle à la série Fallout et se déroule en 2102 en Virginie Occidentale, soit 59 ans avant le premier opus. Le jeu met en scène un protagoniste qui sera une des premières personnes (mais vraiment une des premières tant le jeu est vide) à quitter l’abri 76, vingt-cinq ans après que les bombes nucléaires soient tombées. Notre habitant aura donc la lourde tache de rebâtir le monde qui a bien changé afin que la population puisse à nouveau sortir de sous la terre.

Après une personnalisation de personnage assez bien poussée ou on vous demandera de choisir votre tête, votre pilosité ou encore vos imperfections, place au mini didacticiel afin de connaitre les quelques touches que vous devrez utiliser afin de bien débuter votre survie. On se retrouvera très vite dehors et l’histoire pourra enfin commencer. Bethesda a bien compris le principe du post-apocalyptique, le jeu est vide, très peu de PNJ, des paysages immenses avec trop peu d’ennemis, on passera la plupart de notre temps à errer dans ce monde malsain en espérant rencontrer quelques personnes.

TEST - Fallout 76Fallout 4 vs Fallout 76 :

Une fois dans les Appalaches, on ne peut s’empêcher de se rappeler que le titre est sorti en 2018 et non pas en 2008. Le moteur graphique a au moins 10 ans de retard, les textures sont vraiment affreuses et il vaut mieux ne pas s’arrêter pour contempler le paysage sous peine de voir des gros pixels bouger…Le monde d’aujourd’hui est bien loin de ce que Todd Howard avait annoncé lors de l’E3 en juin dernier. Le jeu n’est pas terminé et la « reconstruction de l’Amérique » risque de devenir une corvée pour beaucoup de joueurs. On se demande même si on ne s’est pas trompé avec Fallout 4 tant le décor semble identique à celui-ci…

Si le titre se veut multijoueur, il reste encore très désert. Pas de PNJ afin de tailler la bavette, et les rares personnes que vous croiserez seront souvent là pour vous tuer afin de vous détrousser. Vous vous retrouverez à faire la causette avec des ordinateurs (ou des minitels), des robots ou à écouter des bandes audio que vous ramasserez afin de connaitre vos points de missions.

TEST - Fallout 76Une vaste blague…

Lors de votre première expédition et si vous avez de la chance, vous allez visiter une vieille maison abandonnée ou une usine désaffectée. Encore une fois, même si des ennemis seront présents, ils seront là à vous attendre avant de tous vous sauter dessus. Si un autre joueur explore les lieux au même moment, ils réapparaîtront comme par magie devant vous ou tomberont du plafond comme si ils avaient oublié l’heure du rendez-vous…

Autre chose de totalement raté, la localisation des monstres par le son ou par les bruits aux alentours. N’espérez pas traquer vos proies à l’aide des pas qu’elles feront car Fallout 76 ne sait pas faire la différence entre une goule qui est deux étages au dessus de vous d’un calciné qui se trouve à vos côtés. Le bruit sera toujours le même quoi qu’il arrive et à moins de braquer votre viseur sur votre hôte vous ne saurez jamais d’ou il va surgir…De plus, certains ennemis iront se réfugier directement dans les murs ou cesseront soudainement de bouger.

TEST - Fallout 76La liste des défaut est malheureusement trop grande : 

Ne comptez pas sur votre Pip-Boy pour vous aider. Celui-ci est resté bloqué sur Fallout premier du nom et la navigation est exécrable. En gros, on a le sentiment a réuni tout ce qui allait pas dans le jeu afin de donner un exemple à ses employés de ce qu’il ne fallait surtout pas faire. Si l’inventaire et le mode construction sont assez bien pensés, le GPS trop brouillon risque de souvent plomber votre expédition.

C’est d’ailleurs dommage que le titre bénéficie d’un énorme potentiel avec son mode multijoueur et sa map immense. Le fonctionnement est assez simple et les raccourcis permettent de s’équiper et de soigner très rapidement ce qui est fort utile surtout en plein combat. Malheureusement, l’IA semble avoir été atteinte par les missiles car tous les ennemis semblent trépanés… Finalement, le plaisir de jouer survient après 6 ou 7 heures de jeu, quand les premières missions de la quête principale seront effectuées. Et oui, car avant il faudra naviguer à proximité de l’abri 76 et remplir une série de missions et donc faire la queue avec les autres joueurs afin de remplir son contrat. C’est donc assez frustrant (et trop souvent) que le message « un autre joueur utilise cet objet pour le moment » apparaîtra à l’écran. Une fois ce cap passé, croiser du monde sera moins aisé. La vaste carte permet de ne pas se marcher sur les pieds et donc de remplir des missions sans soucis.

Une quête, un copié-collé :

Si vous pourrez vous balader librement dans les Appalaches, les missions seront sensiblement toutes les mêmes. Trouver untel et lui demander un service ou un objet etc. À chaque fois que vous irez au point de rendez-vous, votre interlocuteur sera déjà mort et il ne restera plus qu’une cassette audio à écouter…Encore une fois, parler à quelqu’un de vivant semble impossible dans ce nouveau monde. La ligne directive est donc très simple : récupérer une mission sur les ordinateurs, aller au point indiqué sur la carte (bon courage), tuer les quelques ennemis en chemin et ramasser quelques matériaux, trouver l’objet en question et recevoir la récompense et l’EXP.

Quelques missions « événementiels » se déclencheront dans certains zones de la carte mais là encore, se seront toujours les mêmes, un peu comme la foire du coin qui revient chaque année mais qu’on se décide à faire en espérant voir de la nouveauté. Il faut dire que les scénaristes étaient inspirés ce jour-ci…Tuer un monstre en portant la tenue d’Abraham Lincoln, réparer la robinetterie d’une usine et repoussant les hordes de monstres…Bref, du contenu bien poussé qui rend le jeu encore plus farfelu…

Conclusion :

Fallout 76 est une grande désillusion et ne semble clairement pas terminé. On a du mal à croire qu’il s’agit d’un jeu vendu une soixantaine d’euros et pas d’une Bêta ou d’une mise à jour de Fallout 4. L’absence de PNJ et de dialogues rend l’immersion parfois difficile et on perd souvent l’ambiance qui a rendue célèbre la franchise. Les textures trop grossières et le manque de profondeur n’aide pas non plus. Heureusement que le monde ouvert est assez grand et que l’artisanat est là pour maintenir la baraque car le reste n’est pas du tout au point. Fallout 76 demeure cependant agréable à jouer en groupe mais le titre souffre de beaucoup trop d’erreurs pour mériter son statut de jeu commercialisé et surtout au prix fort.

Points positifs

  • Le monde ouvert
  • L'artisanat bien poussé
  • Quelques quêtes de qualité

Points négatifs

  • Un simple copié-collé de Fallout 4
  • Graphiquement honteux
  • Trop de bugs
  • Une IA à la ramase
  • Pas de PNJ
  • Des événements trop WTF
  • Le prix trop élevé
4

Pauvre