TEST – FAR Lone Sails – A l’aventure compagnon

PC

Si les grosses licences sont légions, depuis quelques temps les jeux indépendants n’ont rien à ennvier à des Call of Duty et autres Assassin’s Creed. FAR Lone Sails est un jeu d’aventure minimaliste développé par Okomotive et extrêmement bien réalisé.

FAR Lone SailsEn avant matelot !

FAR Lone SailsPremier titre du jeune studio Suisse Okomotive, FAR Lone Sails vous propose un voyage atmosphérique accompagné d’une bande-son très bien réalisée. On incarne un personnage habillé d’un imperméable rouge et d’un chapeau dans un mode post-apocalyptique. La nature semble déchainée et la seule solution est la fuite. Notre petit personnage va devoir s’enfuir vers l’horizon à l’aide de son carrosse Steampunk fait de métal et de bois. Une brève introduction nous présente les différents mécanismes du jeu ainsi que les quatre touches nécessaires pour évoluer dans le jeu.

Ici pas de dialogues, les seuls textes que vous apercevrez seront ceux du didacticiel pour expliquer le fonctionnement des commandes. On se sent désespérément seul dans les différents paysages parcouru à bord de notre bolide. Du vent, des éclairs, de la pluie, FAR Lone Sails mise énormément sur son ambiance. Aucun être humain à l’horizon, juste des carcasses de véhicules et des infrastructures laissées à l’abandon.

Oh mon bateau !

FAR Lone SailsVotre véhicule à vapeur, ne comporte pas de volant et ne va que tout droit. Bien sûr, au fur et à mesure que vous avancez dans votre odyssée, vous rajouterez quelques éléments afin d’optimiser votre machine. Des voiles quand le vent a décidé de vous aider, une lance à incendie quand votre roulotte prend feu ou encore un chalumeau quand une pièce est endommagée et une sorte d’aspirateur à objets. Car il faut en prendre soin de votre bébé si vous voulez terminer l’aventure. Votre boite de métal est fragile et en cas de choc violent ou d’orage elle peut vite s’arrêter de fonctionner.

C’est à vous d’utiliser le bon outil afin de relancer la machine et la redémarrer. Bien sûr comme toutes les inventions, il faut une énergie pour que celle-ci fonctionne et heureusement ici tout ce qui peut se ramasser peut-être transformé en énergie. Une jauge bleue vous indique le carburant dont vous disposez et une autre plus importante encore correspond à la surchauffe de votre appareil. Attention, veillez à ce qu’elle ne soit jamais pleine si vous ne voulez pas abimer sérieusement votre bébé et avoir droit à un joli Game Over. Pour les ressources, elles se matérialisent sous la forme de barils rouge principalement. A bord de votre vaisseau, vous n’aurez plus qu’à jeter l’ancre à la vue de celles-ci et descendre les ramasser avec vos petites mains.

Il n’y a pas de petites économies !

FAR Lone SailsIl est très important de surveiller son stock de combustibles car il s’agit de l’énergie primaire qui fait avancer votre engin. En effet, même si une fois les voiles obtenues vous pourrez avancer grâce à elles, le vent capricieux ne vous aidera pas toujours. Pour les plus maniaques, des crochets sont à votre disposition afin de ranger vos trouvailles. Malheureusement, si votre bateau roulant ne peut faire qu’avancer, il ne pourra pas contourner les différents obstacles que vous trouverez sur votre chemin. Un pont à abaisser, un portail à ouvrir…à vous de trouver à l’aide de votre petit bonhomme et son imperméable rouge comment faire pour franchir ce contre temps. Les énigmes ne sont jamais bien compliquées, il s’agit de trouver le bon chemin et d’appuyer sur un bouton afin d’ouvrir la porte ou d’alimenter un générateur avec un de vos barils rouge qui vous permet d’activer le mécanisme vous empêchant d’avancer.

Aucune prise de tête dans FAR Lone Sails. Le jeu est calme et la mise en scène des énigmes est très bien réalisée. Des jeux de lumières et de caméras et une musique particulièrement bien dosée en font un bon passe-temps. On regrette cependant que le jeu se termine en seulement trois ou quatre heures.

Hissez la grande voile !

FAR Lone SailsLe jeu en 2,5D est entièrement en défilement horizontal. Une fois à l’intérieur de notre véhicule, il faudra en prendre soin pour ne pas trop l’abimer. Avec une vitesse de croisière qu’il sera possible d’augmenter à l’aide des voiles, on passe du désert au bord de plage en passant par un décor hivernal ou les carcasses et les débris de bâtiments s’étalent sur le chemin. On désespère de ne croiser âme qui vive dans ce paysage post-apocalyptique. Jamais linéaire et monotone, les situations s’enchainent rapidement et on ne reste jamais bloqué sur un puzzle plus de quelques minutes. Il est impossible également d’abandonner notre véhicule ce qui finalement le rend de plus en plus attachant.

A chaque panne il faudra trouver le bon outil et du coup on passera notre temps à marteler la touche saut et la touche action afin de sauver notre ami en ferraille. On navigue donc entre le pont supérieur et le milieu du vaisseau ou se trouve l’appareil qui stock l’énergie pour avancer et le bouton « Steam » qui permet de purger le système pour éviter la surchauffe. Dès qu’on aperçoit une caisse ou un baril ou fonce appuyer sur le frein (ou l’ancre) afin de stopper notre engin et récupérer encore plus de ressources.

Site officiel

Conclusion

FAR Lone Sails se démarque de ses concurrents par sa réalisation magnifique. Que ce soit l’environnement, les effets de météos et le sentiment de solitude, le studio Okomotive a mis la barre très haute. Très peu gourmand en ressources et sans bug, difficile de ne pas résister. La musique s’adapte parfaitement à l’univers et s’est un vrai régal pour les yeux et les oreilles. Les quelques touches utilisées par le jeu rende le jeu assez simple au premier regard mais vous vous retrouverez parfois à marteler celles-ci pour effectuer vos actions afin de sauver votre vaisseau. Les sauvegardes automatiques sont bien espacées ce qui fait que vous n’aurez jamais à refaire la moitié du jeu pour vous retrouver ou vous en étiez. Le seul point négatif du titre des suisses est sa durée de vie vraiment trop courte. Pour environ quinze euros, vous terminerez l’histoire en trois ou quatre heures et on voudrait que celle-ci dure encore un peu.

 

Points positifs

  • bande son sublime
  • Enigmes simples et intuitives
  • Visuellement impeccable
  • Pas de bug
  • Joabilité et histoire originales

Points négatifs

  • Trop court
  • Un peu cher pour le temps passé dessus
8

Super