TEST – Frospunk : Winter is Coming…

PC
Réalisé par 11 bit studios à qui l’ont doit This War of Mine ou encore Anomaly : Warzone Earth, Frostpunk vous met à la tête d’une colonie de survivants à la fin du XIXème siècle. Survivants ? Oui mais de quoi ? Une ère glacière semblable à celle qu’a connue la France et plus particulièrement la capitale début Février 2018…

L’hiver vient :

Soyons sérieux deux minutes, une vague de froid à frappé le monde obligeant les rares survivants à s’exiler afin de trouver un nouvel endroit pour survivre. Quatre vingt personnes viennent de tomber sur un cratère comportant un immense générateur. Ce générateur sera la base et la plaque tournante de votre histoire. Mais il faudra commencer par l’allumer et par chance le cratère que vous venez d’investir possède des ressources exploitables comme du charbon, du bois et de l’acier. Une fois les ressources collectées à l’aide de vos esclaves, pardon de vos citoyens, vous pourrez activer le générateur et griller vos marshmallows à proximité…

La loi c’est moi ! 

Une fois la chaleur revenue, place à un city-builder bien huilé. Les ressources collectées vous permettent de construire des habitations pour vos rescapés et divers bâtiments afin de développer votre ville. A vous d’utiliser au mieux les ouvriers et les ingénieurs afin d’optimiser vos constructions et la rentabilité de récolte de vos ressources. Voila le premier « challenge » de Frostpunk. Dans ce city-builder à l’ambiance steampunk, tous vos choix auront des conséquences. En plus du froid permanent à surveiller passant les journées de -20° à des -40° ou -80°, une barre d’espoir et de mécontentement sera de la partie.  Ces barres seront en constantes évolutions tout au long de votre « règne » et augmenterons ou diminuerons en fonctions de vos actions choisies. Coupez le générateur dans les maisons pour économisez le charbon et le mécontentement augmentera grandement. Heureusement pour vous un système lois existe dans ce jeu afin de faire votre propre 49.3. Pas assez de mains d’œuvres ? Les enfants au boulot ! Des malades ? On brûle les corps….La journée de travail débute à 8h et se termine à 18h ? Heures supplémentaires pour tous ! Comme ça vos ressources augmenterons rapidement ! Oui ça parait drastique mais on ne peut pas sauver tout le monde…

You are in the jungle baby ! 

Une fois que tout roule niveau récoltes et que vos habitants vous respectent…le jeu vous demande d’explorer les environs ou plutôt d’envoyer des équipes d’explorateurs pour savoir si il y a d’autres survivants ! Vous aurez donc accès à la carte pour choisir les endroits à visiter pour envoyer vos hommes. Quand ils arriveront à destination vous pourrez collecter des ressources légalement ou non en fonction de la décision que vous prenez. Encore une fois le but du jeu est de survivre et de ne pas mourir de froid.

La tension sera constante dans ce jeu mais 11 bit studios a décider de jouer un peu trop sur le thème de la tragédie et de la pitié. Même si en tant que chef vous n’aurez aucun mal à prendre des décisions pour amputer ou tuer des gens gratuitement, le studio en remet une couche avec une musique grisonnante à base de violons. Pareil pour la description des personnages, chacun d’entre eux possède une biographie pas très réjouissante. Pour l’ambiance elle est là, vous entendrez le bruit du générateur, celui des pas dans la neige, les blocs de neiges qui se détachent de la falaise. Après tout vous êtes perdu au milieu de nul part et parfois c’est le sentiment que vous aurez. Graphiquement le jeu est beau même si les graphismes de votre ville  ne sont pas transcendant. Dommage qu’une fois que votre ville se développe vous devez chercher à l’aveugle ou se trouve tel ou tel bâtiment. Si les choix de vos lois jouerons sur les barres d’espoir et de mécontentement, ils n’auront pas vraiment d’impact sur le gameplay lui-même. La durée de vie est assez courte, comptez une dizaine d’heures pour la première campagne. Les autres campagnes poussent le sadisme et l’immoralité à l’extrême en dosant parfaitement la difficulté ce qui peut augmenter la durée du titre si vous aimez le challenge.

Conclusion :

Frostpunk est un city-builder très bien dosé mais son gros point faible reste sa durée du vie. Le livre des lois parait impressionnant au premier regard mais il se relève malheureusement trop limité. Toutefois, une fois la partie lancée, on ne voit pas les heures défiler même si le jeu vous met en position d’échec un bon nombre de fois. A vous de recommencez afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. Il s’agit donc d’un très bon jeu de gestion et il ne lui manque que quelques fonctions supplémentaires pour en faire le meilleur jeu de gestion de ces dernières années.

 

 

 

Points positifs

  • Un jeu complet
  • Un univers immersif
  • Une gestion très profonde
  • Les décisions morales sont aussi difficiles à prendre

Points négatifs

  • Bande son un peu tristounette
  • Un peu court ( Une dizaine d'heures)
  • il est par moment difficile de trouver des bâtiments
8

Super