Test Liberated – Un beau mariage entre bande-dessinée et jeu-vidéo

Nintendo Switch PC

Vous vous sentez observé au quotidien ? L’application Lampe Torche de votre smartphone vous demande l’autorisation d’accéder à vos photos et votre localisation et cela vous fait vous poser des questions ? Ou vous avez tout simplement envie de lire une BD mais vous trouvez que cela manque de vie ? Alors Liberated est fait pour vous. Le jeu est sorti le 30 juillet 2020 sur PC (mais également disponible depuis le 2 juin sur Switch), est développé par Atomic Wolf et édité par Walkabout.

Liberated

Rejoins le côté obscur

Liberated nous place dans une dystopie où le gouvernement contrôle la vie de ses citoyens par le biais de points récompensant les bons comportements et réprimant les “mauvais”.

La touche dystopie se retrouve également dans les visuels du jeu. Totalement en noir et blanc à l’image d’un Limbo, cela nous met directement dans une ambiance sombre et oppressante à l’instar de l’histoire de Liberated. Si les phases de gameplay ne sont pas visuellement très belles, la lumière y a une importance toute particulière. Quant aux phases de BD, réalisées à la main, elles sont beaucoup plus convaincantes.

Un soupçon de 1984

Comme dit préalablement, l’intrigue nous place dans un monde où tout est sous contrôle du gouvernement suite à l’attentat de l’établissement scolaire St Martha. Le début de l’aventure nous place aux commandes d’Igo, le fils du ministre de la sécurité nationale qui se révèle être l’instigateur de ces mesures de contrôles.

Très vite, nous rencontrons les Liberated et plus précisément une cellule composée de 5 membres aux histoires bien différentes. Malheureusement trop peu développées elles laisseront le lecteur sur sa faim. L’ambition de ce groupe, considéré par le pouvoir comme étant des dangereux terroristes, est de redonner aux citoyens la liberté d’antan qui leur a été enlevée suite à l’épisode de St Martha.

Un jeu, une BD … un BDJeu ?

Au lancement de Liberated, le soft nous propose 2 manières d’aborder l’expérience. Elles équivalent plus ou moins à des niveaux de difficulté. Le mode “Joueur” correspond au mode “Normal” et le mode “Lecteur” à un mode facile où les dégâts donnés sont augmentés alors que les dégâts “ennemis” sont diminués. Nous vous conseillons la difficulté “Normal” qui s’avère en réalité très simple. Au-delà de la difficulté de Liberated, certains choix réalisés ont des répercussions irréversibles sur la suite des aventures. Malheureusement, il y en a trop peu.

L’un des points noirs du jeu est l’IA. Quasiment inexistantes, les IA se limitent à leurs trajets, faisant des allers-retours en permanence. Par exemple, le fait de tirer sur un ennemi n’a aucun effet : ne vous attendez pas à déclencher un gunfight. En effet, l’IA ne changera pas son habituel aller-retour pour vous attaquer.

Un jeu dans un jeu

Liberated propose par moment des QTE pour maintenir le joueur/lecteur concentré. Les QTE peuvent intervenir durant les phases de gameplay mais aussi pendant les phases de lectures.

Outre les passages de Quick Time Event, le titre offre des énigmes et autres mini-jeux. Certains comportent un principe de code à deviner faisant penser à Mastermind. Ces phases de jeux viennent couper des passages en 2D du soft.

Conclusion

Prenant des risques au travers de sa direction artistique, Liberated se démarque des jeux cherchant à raconter des histoires à la Telltale Games. Le titre séduira sans doute les fans de futur dystopique. Les phases où l’on contrôle le personnage manquent parfois d’intérêts, profondeur avec une certaine lourdeur des actions et elles terminent toujours en « gunfight ». Elles restent quand même les bienvenues, ajoutant du dynamisme au jeu. Le scénario et les dialogues restent simplistes mais efficaces et ils mettront à coup sûr le joueur/lecteur dans l’ambiance.

Test précédent : Test Warhammer 40K: Mechanicus – Quelle Hérésie

Jeu testé et review rédigée par MO.

 

 

 

 

Points positifs

  • Le jeu propose une morale et un message
  • Du contenu supplémentaire à venir
  • La qualité visuelle des moments BD ...
  • Un style BD vivant

Points négatifs

  • Certains personnages manquent de profondeur
  • Manque de choix important
  • ... qui contraste avec la qualité visuelle des phases de gameplay
  • L'IA catastrophique
7

Bon