Test – Moss VR – L’itinéraire charmant et pétillant d’une souris à croquer !

PS4

Depuis la sortie du PS VR, et bien que cette technologie soit prometteuse (si on fait fi du motion sickness, plus ou moins impactant selon le joueur mais surtout le type de jeu), on ne peut malheureusement compter que sur les doigts d’une seule main les jeux ayant pu réellement susciter un vif enthousiasme lors de leur annonce et une plaisir de jeu lorsque le casque est en pleine action. Annoncé parmi une foule d’autres jeux en réalité virtuelle lors de l’édition 2017 de l’E3, Moss parviendra-t-il à nous faire dégainer la deuxième main pour dénombrer un nouveau jeu de grand intérêt sur PS VR ? Réponse dans les lignes ci-dessous.

Moss, un jeu pour toute la famille

Déjà disons-le d’emblée, Moss est le genre de jeux qui peut tout à fait convenir à des gamers de 7 à 107 ans ! En effet, lors de cette aventure, il s’agit de suivre les péripéties d’une petite souris en résolvant les énigmes les unes après les autres dans des tableaux qui s’enchainent les uns après les autres.

Lors de cette épopée, les énigmes, même si elles nécessitent qu’on y réfléchisse quelques instants, ne sont jamais bien compliquées. Les monstres occasionnels que l’on rencontre, quant à eux, nécessitent une certaine vigilance de notre part mais ne se montrent à aucun instant véritablement coriaces non plus. Et quand bien même l’un de ces vilains scarabées parviendrait à vous terrasser, aucune angoisse, vous n’aurez pas la lourde tâche de recommencer tout au début du jeu. Votre héroïne de souris sera tout simplement ramenée au début du tableau (soit quelques secondes/minutes de jeu auparavant, selon votre rapidité et votre tact dans le gameplay). Et même, vous pourrez encore prévenir de ce funeste destin dans la mesure où il vous suffira de soulever la petite souris par son sac à dos pour la guérir de ses quelques « points de vie » perdus.

Pas de panique donc, que du plaisir dans cette balade enchanteresse et initiatique qui ne vous donnera à aucun moment du fil à retordre. Un jeu à largement partager avec ses enfants donc, comme si on regardait un bon dessin animé ! Oui, car pour rappel, les non joueurs peuvent suivre les aventures du joueur, plongé dans sa réalité virtuelle, directement et sans aucun filtre sur l’écran de télévision du salon.

Un jeu splendide à de nombreux égards

Moss est un jeu véritablement splendide et enchanteur. Et un jeu qui adopte le parti pris, finalement assez peu usité pour la réalité virtuelle, de ne pas placer le joueur en position de FPS mais bien d’être spectateur du périple de la souris comme s’il s’agissait d’un personnage autre que lui-même. Ainsi, on ne verra jamais au travers des yeux de la souris.

D’ailleurs, Moss se veut presque davantage une histoire animée qu’un jeu. Alors attention, ce n’est absolument pas à prendre dans le mauvais sens du terme. Il s’agit bien d’une histoire car, au bout de quelques tableaux, on se retrouve dans une sorte d’église face à un livre dont on tourne les pages… pages qui relatent donc cette aventure passionnante que nous vivons. Au début de ce test, nous parlions de tableaux qui s’enchainent mais il semblerait bien qu’au final il s’agisse davantage de tourner les pages d’un merveilleux conte qu’on ne voudrait jamais voir s’interrompre…

Oui parce que, au risque de nous répéter, le jeu Moss est vraiment magnifique, la direction artistique a été réalisée aux petits oignons, et il suffit de le ver la tête à n’importe quel moment ou de regarder derrière soi pour remarquer qu’aucun détail n’est épargné : du ciel étoilé avec une lune magnifique aux animaux géants en arrière-plan, on en prend plein les mirettes à chaque instant. Et comme les ennemis sont visibles largement à l’avance, il n’y a aucune inquiétude à avoir pour notre brave petite souris. N’hésitez pas à la laisser toute seule sans surveillance quelques instants, quelques secondes, pour profiter du superbe environnement qui vous entoure… Moss est vraiment un jeu à aborder avec une certaine disponibilité et à ne pas chercher à finir en ligne droite le plus vite possible. Il nous semble chez JeuxCapt que ce serait aller à l’encontre de l’esprit du jeu.

A titre d’exemple, si certains d’entre vous ont pu tâter des premières démos disponibles lors de la sortie du PS VR, Moss serait dans la lignée de ce qu’avait pu proposer Allumette, la revisite en réalité virtuelle du conte de la Petite Marchande d’Allumettes de Hans-Christian Andersen. Sauf qu’ici, il s’agit vraiment d’un jeu sur lequel on a des actions à réaliser, et surtout d’un univers bien plus abouti que la démo précitée…

Fouiner à droite à gauche ne vous apportera que du bonus !

Si nous insistons sur l’importance de profiter de l’environnement autour de vous, c’est non seulement parce qu’il constitue l’essence même du jeu, mais aussi car, au sein de chaque double-page traversée, une sorte de parchemin, parfois bien caché, est à dénicher, tantôt derrière une statut, tantôt au fond d’un couloir, tantôt au sommet d’une plateforme qui paraît inaccessible… Ces parchemins vous permettront de remplir une rosace (placée à côté du livre de Moss quand vous revenez dans l’église au bout de l’écoulement de quelques chapitres habilement traversés) avec plein de jolies couleurs. Pour les amateurs de jeux à terminer à 100%, une partie du défi réside ici. Et nous vous conseillons d’autant plus d’en profiter que le jeu s’avère relativement court (environ quatre heures) avec une rejouabilité proche de zéro…

Conclusion

Moss est en quelque sorte LA bonne surprise en réalité virtuelle de ce début d’année. Sans grande prétention, le titre de Polyarc nous permet d’assister au somptueux périple, coloré et charmeur au possible, d’une petite souris dans un environnement Ô combien dangereux. Facile d’accès, convivial et à destination de tous les publics, il s’agit d’une excellente alternative à un bon dessin animé à partager en famille. Si vous avez le PS VR, foncez les yeux fermés !

Points positifs

  • Des environnements magnifiques
  • Une jolie histoire
  • Facile d’accès
  • A partager en famille, de 7 à 107 ans
  • Parti pris original d’un jeu qui n’est pas en FPS sur le PS VR

Points négatifs

  • Une faible durée de vie (4 heures environ)
  • Une rejouabilité inexistante
  • Un tarif de 30 euros, un chouïa trop élevé…
8

Super

Laisser une réponse