Test Raging Justice – Le Street of Rage du pauvre

Qu’il est loin le temps ou les beat’em all en 2D étaient des jeux incontournable. On pense logiquement aux indémodables Street of Rage ou encore Double Dragon. Le temps n’a pas aidé les jeux de ce style là et désormais, c’est les studios indépendants qui se charge de proposer des choses. C’est le cas de Makin Games avec son Raging Justice. Un titre disponible depuis le 8 mai sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch. Cette dernière est le support sur lequel nous avons testé le jeu.

test raging justiceUn potentiel gâché

test raging justiceJ’avais des étoiles dans les yeux après avoir visionné le trailer de Raging Justice… mais ça, c’était avant d’avoir joué au jeu. Le potentiel est bien là, mais malheureusement, on déchante très rapidement. Dans une ville ou le chaos règne, le maire se fait enlever, on va donc devoir le retrouver. Qu’on se le dise, on se moque du scénario dans ce style de jeu. A l’époque, c’était souvent la nana du personnage principal qui se faisait kidnapper. On retrouve donc dès le début de la partie trois protagonistes au choix. Les trois sont flics et on retrouve un type qui ne fait pas dans la dentelle et qui cogne dur. On a également une black qui a plus de style et un jeune gamin de 15 ans qui sera le rapide de l’équipe. Oui, à 15 ans, on peut faire partie de la police… ou pas.

Le choix du personnage à logiquement un impact sur le gameplay. Vous l’aurez compris, la jeune femme est le juste milieu entre la brute aux déplacements lents et le gamin plus rapide. Trois combattants, c’est tout ce que vous aurez. N’espérez pas en débloquer un nouveau par la suite. Un casting finalement assez pauvre. S’agissant du jeu en lui même, le tout est hyper répétitif. On gagne de l’argent en combattant, mais outre booster notre score, ça ne sert pas à grand chose. On aurait aimé avoir un système de techniques évolutives, mais non.

Un grand bordel

test raging justiceRaging Justice est un jeu frustrant. Si il brille par sa plastique, le rendu visuel est vraiment soigné, le titre n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde. Premièrement, le niveau de difficulté est assez mal optimisé. Il y a pas mal d’ennemis en même temps et les combats de boss ne sont pas du tout intéressant. Souvent accompagné de nombreux ennemis en plus, c’est parfois un calvaire de triompher. Entre les types qui vous lancent des dynamites, des grosses plaques de métal qui tombent sur vous, je peux vous assurer que rien n’est vraiment évident. De plus, les déplacements des boss peuvent rendre les combats long et ennuyeux.

S’il n’y avait que ça, on pourrait peut-être se dire que c’est pas si grave que ça… mais non. La hit box est également désastreuse. On se fait taper dessus alors qu’on se trouve pas du tout sur la même ligne que notre adversaire. Il en va de même pour les attaques qu’on infligent. Si la durée de vie du mode histoire de Raging Justice peut se boucler en environ 1H30, voir 2H, n’imaginez pas y revenir. L’intérêt est là aussi proche du zéro. Outre l’aspect scoring, il n’y a rien de bien folichon à faire. Vous trouverez bien un mode survie dans lequel vous devez affronter des vagues d’ennemis, mais ce n’est clairement pas passionnant. Dommage.

Durant les combats, Vous pourrez bien évidemment ramasser tout ce que vous trouvez sur votre chemin. Barre de fer, caisse en bois, couteau, bouteille en verre, bref, tout l’attirail nécessaire pour défoncer des types chelou. En parallèle, vous pourrez compter sur vos capacités naturelles avec deux attaques classiques. Pieds, poings, sauter, une prise et une attaque spéciale. Notez que cette dernière consomme votre jauge de vie… Allez comprendre pourquoi.

Quelques clins d’œils

A n’en pas douter, les développeurs aiment ce style de jeu. Mais ils sont passé à côté de leur jeu en ratant trop d’élément important. L’autre souci vient du fait que Raging Justice fait penser à Street of Rage, mais en moins bon à tous les niveaux. Que ça soit l’ambiance, les niveaux que l’on va traverser ou encore les ennemis qu’on va cogner, tout est là pour faire penser au hit de la Mega Drive. Pour vous donner quelques idées, on retrouve par exemple les prostituées. A l’époque, elles avaient un fouet, cette fois, elles sont équipées d’un taser. Je ne vais pas tout vous détailler, mais avec la vidéo ci-dessous, vous pourrez en savoir plus sur les similitudes. L’autre lacune du jeu concerne la bande son qui est juste fade. Elle ne transporte pas et n’apporte pas grand chose à l’action.

Conclusion :

Comment se rater avec un jeu qui a tant de potentiel ? On l’ignore encore en tout cas la frustration peut-être grande. Le rendu visuel du jeu, qui est sincèrement réussi ne parvient pas à sauver le gameplay. Répétitif et pas vraiment passionnant, il est difficile de recommander Raging Justice, même pour jouer à deux en local.

Points positifs

  • Le rendu visuel
  • Les nombreuses références
  • Jouable à deux heureusement

Points négatifs

  • Hit box foireuse
  • Niveau de difficulté mal optimisé
  • Répétitif et donc lassant
  • Musiques pas terrible
4

Pauvre