TEST Sea of Thieves – A l’abordage… ou pas

Parcourir les mers à la recherche d’actions, d’aventures, de trésors, dans un univers où la piraterie fait loi, seul ou à plusieurs. C’est ce que nous propose le dernier né du studio Rare : Sea of thieves, actuellement disponible sur Xbox One et Window 10. Nous allons découvrir si les promesses sont tenues.

Test sea of thievesA bâbord toute !

En lançant l’aventure, vous avez le droit de choisir le skin de votre avatar, la personnalisation n’ira cependant pas plus loin, pas de personnalisation détaillée au pixel près comme : le choix du visage, de la voix, etc… Par contre, la personnalisation se rattrapera plus tard avec la petite étendue cosmétique dont nous allons revenir. Une fois votre avatar choisi, vous aurez la possibilité de vous lancer dans l’aventure soit en équipe (4 joueurs max), avec vos amis, soit avec des personnes randoms afin de compléter une équipe ou enfin, tout seul.

Il est bon de rappeler que Sea of thieves est avant tout un jeu conçu pour une aventure multijoueur, dans lequel le jeu révélera véritablement “tout son potentiel actuel”. L’aventure commence donc et on se retrouve dans le bar d’un des avant-postes qui peuplent ce grand monde ouvert, ces avant-postes peuvent être considérés comme étant des “villes”, c’est souvent ici que vous allez débuter vos aventures, faire vos emplettes, prendre et valider vos quêtes, où vous retrouver entre amis afin de déguster votre grog !

La première chose que l’on peut découvrir en explorant ces avant-postes, c’est l’univers graphique, on se retrouve dans un monde de pirate au style cartoon, bien coloré, avec une ambiance fortement rafraîchissante, nous poussant ainsi à découvrir d’avantage de paysage, et même à partir à l’exploration ! Surtout que l’ambiance musicale aide vraiment à nous pousser dans la direction de l’aventure, malgré le faible nombre de piste.

Besoin d’une boussole ?

Avant de commencer l’aventure, comme tout bon aventurier, il faut se familiariser avec les touches, et là, on découvre le premier point faible du jeu, on est (trop ?) rapidement livré à nous-même. Il y a une absence totale du didacticiel. Quand bien même, aventurier que nous sommes, cela ne posera pas de problèmes ! On fait rapidement le tour des touches, pour découvrir les outils qui forment  ainsi le gameplay : Le sabre pour taper, le pistolet pour tirer, la planche pour colmater le bateau, la banane pour reprendre de la vie, le boulet de canon pour tirer à bord du bateau, la pelle pour creuser/déterrer les trésors, la boussole pour se repérer, ce qui est très utile ! Car vous ne tarderez pas à remarquer à quel point le hub du jeu est épuré à souhait ! La place à l’immersion, au RP est fortement possible !

L’exploration de l’avant-poste va permettre de découvrir quelques repères, tels que les magasins, ces derniers proposent bien des objets d’aspect divers et là, on remarque tout de suite un autre détail : l’absence de caractéristiques. Tout est une question de look : les objets achetés dans les magasins ne serviront qu’à changer le look de votre pirate, et c’est là que le côté personnalisation du pirate prendra une belle couche supplémentaire.

Les objets sont nombreux et divers :

On pourrait aller modifier aussi bien le manteau, le couvre-chef, les armes : comme le sabre ou bien le pistolet.

Tout cela, n’aura que pour but esthétique, ces modifications ne changeront rien à vos capacités, ni même vos statistiques, vous équipez du plus cher des manteaux, ne vous fera pas mieux encaisser les dégâts, comme le plus cher des sabres, ne vous facilitera pas les combats pour autant, c’est là, à la fois, un point fort et un point faible du jeu, dépendant du point de vue. L’idée de l’absence des statistiques est plutôt séduisante car les joueurs se retrouvent sur un terrain équilibré, où qu’importe les heures de jeu, le skill et la coopération seront l’essence même de la progression.

Par contre, comme vous vous en douter, ces objets ont un coût, il faut de l’argent, et pour en obtenir, il faut accomplir des quêtes auprès des différentes “guildes”. Chacune de ces guildes va vous proposer des quêtes, afin de gagner de l’argent et surtout monter en rang, pour ainsi faire d’autres quêtes, pour obtenir encore plus d’argents… Une formule assez répétitive, plus connue sous le nom de farm.

Il existe 3 grandes guildes dans le jeu :

Test Sea of thievesLa guilde Collectionneurs d’or : vous proposera des quêtes dont le but est de rechercher des trésors, d’explorer des îles, grâce aux indications de la quête, pour y déterrer un coffre pour ensuite le ramener à la guilde.

La guilde Ordres des âmes : vous invitera à aller exterminer des groupes de squelettes, dans des îles reculées, jusqu’à ce qu’un ou plusieurs capitaines débarquent, afin de les exterminer et de vous emparer de leur crâne pour les rapporter à la guilde.

Celle de l’Alliance des marchands : vous confiera des quêtes ayant pour but de vous rendre dans des îles, muni d’une cage, afin d’aller capturer et ramener un animal spécifique ciblé par la quête. Et devinez quoi ? Il faudra encore le ramener à la guilde.

Vous l’avez remarqué : la ressemblance flagrante de toutes ces quêtes typées Fedex.

Une ancre ? ça se mange ?

Test Sea of thievesUne fois en mer, sur votre bateau, les choses se compliquent : une fois de plus, le problème de l’absence de didacticiels frappe encore.

On se retrouve nez à nez avec son bateau, soit vous avez la chance d’avoir avec vous des compères plus expérimentés, qui auraient souffert juste avant vous de la découvert pour les manœuvres du bateau, ainsi vous partageront-ils ainsi leurs expériences, soit vous allez apprendre sur le tas. Et cette deuxième option n’est pas forcément la meilleure pour profiter de votre embarcation. Il faut savoir que pour gérer à bien un bateau, plusieurs points sont à prendre en compte, ainsi, il est donc difficile de gérer seul le bateau.

Puisqu’on préférera répartir les tâches : un capitaine qui sera sur la barque, afin de faire tourner le bateau, un autre à la navigation, au niveau de la carte afin de vérifier quel cap maintenir et éviter de perdre tout l’équipage, d’autres joueurs un peu plus vacants, qui pourraient aussi bien gérer les voiles pour ajuster la vitesse du bateau, l’ancre, afin d’amarrer, ou bien d’aborder d’autres bateaux grâce aux canons lors des combats navals, ou même un charpentier afin de colmater les dégâts dans la coque, en cas de problème, afin d’éviter que le bateau coule…

Cette répartition des tâches, est fortement recommandée en équipe, afin de bien profiter des voyages en mers, les équipes désorganisées se retrouveront rapidement désavantagées en cas de crises, surtout face à d’autres joueurs plus organisés, plus soudés. Sur ce plan, le jeu propose vraiment un travail soigné sur le bateau, ce qui donne une expérience réellement intéressante lors des voyages en mer à plusieurs, surtout pour un jeu dont la coopération est mise en avant.

Au niveau de l’interface, le jeu est très épuré, voir trop même, il n’existe pas vraiment de fiche de personnage, mais plutôt une fiche de statuts afin de savoir où vous en êtes au niveau de votre réputation auprès des différentes guildes du jeu, dans une premier onglet, dans le second et dernier onglet (oui, c’était rapide pour un tour de menu…), on y retrouve les quêtes que l’on a sélectionné.

En effet, on sent quand même un certain manque de détails dans la gestion des menus du jeu, il n’y a aucun menu lié à votre avatar, afin de personnaliser votre tenue, la personnalisation ne se fera par le biais des coffres. Surtout que pour rappel, les tenues n’ont aucune incidence sur les statistique de votre avatar, alors pouvoir changer de tenue à tout moment, n’aurait pas d’incidence lors de l’exploration.

Revenons sur les quêtes que l’on a sélectionné auprès des différentes guildes du jeu, vous aurez la possibilité d’emporter avec vous 3 quêtes au grand maximum. Cependant, il vous est quasiment “impossible” de vous en débarrasser d’une quête que vous ne désirez plus, surtout si vous souhaitez prendre une quête dans une autre guilde. Le seul moyen est : d’aller sur le bateau, de sélectionner/proposer la quête pour partir à l’aventure, puis enfin de voter pour l’abandonner… Oui, vous ne rêvez pas, on est à ce niveau d’ergonomie de jeu…

Test Sea of thievesL’absence de mécanique simple est très présente, le jeu se veut épuré, c’est réussi, mais il en est un peu trop, au point d’avoir oublié quelques fonctionnalités basiques… Même les combats n’ont rien de folichon, et ne casseraient pas 3 pattes à un canard d’eau douce :

À l’épée, on peut fait un clic gauche simple pour donner un coup, le maintenir pour faire une attaque chargée plantée, un clique droit pour se défendre. Pas de combo ou autre fantaisie. Au pistolet, un clic permet de tirer l’autre de viser. Et voilà, on à ici, l’étendu du gameplay dans toute son ampleur, il n’y a aucune subtilité, ce qui est bien dommage pour un jeu au style graphique aussi sympathique ! Surtout que l’on peut affronter des squelettes, un kraken en mer ou encore entrer dans un canon pour être envoyé tel un boulet !

Pirate ou bien coursier des anciens temps ?

Test Sea of thievesLe but d’une quête est d’aller d’un point à un autre (le lieu de destination), faire votre quête (trésors, combat, récupération) puis repartir en transportant votre marchandise vers votre point de départ (ou un autre avant-poste plus proche) ou bien encore vers un autre point occasionnel pour valider votre quête.

Et voilà, vous avez là, les principales occupations que le jeu va vous réserver. Même si les quêtes proposées vont différer dans leurs formes, entre la chasse aux trésors, l’extermination, on se retrouve avec le même fond, qui sera juste prétexte aux farming, afin d’être équipé avec l’apparat de vos rêves. Principalement, ces quêtes ont pour but de multiplier les voyages dans la mer, pour justement mettre en avant le monde ouvert, sensiblement vide mais occupé par les joueurs dans cette étendue océanique.

La formule est simple : Plus de voyages, plus de possibilités de rencontrer des joueurs, plus d’interactions. Rencontrer un navire en mer n’est pas forcément bon signe, on ne sait jamais sur quels types de pirates, incarnés par d’autres joueurs, on peut tomber. Certains passeront leur route, d’autres hésiteront pas à vous aborder avec leur navire, afin de vous piller de vos richesses en plein acheminement.

La question sera : quel genre de pirate serez-vous, lors de ces rencontres ? La partie joueur contre joueur est vraiment appréciable, permettant d’installer une ambiance particulière liée à la piraterie, thème du jeu qui ressort plutôt bien. Appuyons de nouveau sur le fait que l’absence de statistiques dans les équipements (une mécanique type de RPG ou variante) est un bon point car est vraiment une bonne chose, car sur le long terme, des joueurs ayant sillonnés des heures durant les mers sauvages, ne se retrouveront pas, pour autant plus avantagés par rapport aux petites mousses qui viennent de découvrir le monde de Sea of thieves. L’esprit d’équipe, l’entente entre les joueurs, et le skill de chacun fera pencher la balance. Cette touche donne une petite dose d’imprévus dans l’originalité du titre.

Quid de la navigation et de la richesse du jeu ?

Malheureusement, ce n’est pas pour autant que le jeu ne se retrouve pas vide… Enlever cette variable, que sont les imprévus des rencontres avec les autres joueurs et on se retrouve dans un jeu où l’attente entre le point de départ et la destination est longue… Vraiment longue… Car, lors de vos sillage, vous n’allez pas rencontrer un navire à tous les coins cardinaux des mers. Et cette absence d’occupations, lors de vos navigations, se fera bien sentir, avouons-le.

Sur certains voyages : il ne passe strictement rien à l’écran. Et non, tourner le gouvernail afin de ne pas dévier de votre route, n’est pas une occupation… Cette sensation de vide est souvent faute au moyen de transport imposé : le bateau. Mais surtout, à l’absence totale de vie sur les mers…

Le monde de Sea of thieves est un terrain de jeu réellement grand, qui se ressemble beaucoup malheureusement et ce grand terrain ne sert qu’à une seule chose : à allonger la durée des sessions de jeu dans des déplacements en mers. Il est difficile de prendre les voyages en mers comme un point fort du jeu et une réelle sources de fun, pourtant la gestion du bateau, elle, est vraiment impeccable. Ce type de choix aurait pû être compréhensible si ce vide ne se ressentait que sur la mer mais malheureusement, ce vide est quasiment présent partout dans le jeu, ce qui en fait un choix très discutable :

Dans les villes, il n’y a pas de PNJ, qui ne servent à rien, chaque pnj à un rôle à lui, maître d’une guilde, gérant d’un bar, magasins, on retrouve aucuns autres types de personnages proposant des quêtes annexes ou bien installant le lore peu étendu du jeu, le scénario frôle le néant. Dans les îles, on retrouve que très peu d’ennemis, parlons en du bestiaire tant que nous y somme, ce dernier est extrêmement pauvre, le nombre d’ennemies différents peut se compter sur les doigts d’une main. Et non ! On ne compte pas, la technique légendaire du color swapping comme étant une nouvelle entrée dans le bestiaire.

Des îles désertes, vous allez pouvoir en rencontrer. Certaines ne sont peuplées que de quelques animaux, de squelettes ou d’animaux sauvages hostils (comme les serpents)… Sans oublier que dans certaines de ces îles, vous aurez la possibilité de faire le tour complet en moins d’une minute alors qu’il vous aura fallu près de cinq minutes pour y mettre le pied dessus. Alors, le voyage en valait-il la peine ?

L’expérience solo dans tout ça ?

L’absence du didacticiel est très cruel pour un joueur solo débutant qui souhaiterait découvrir les mécaniques du jeu. Notamment lors de la première quête, en effet, aucune indication ne vous aide à découvrir les premiers réflexes à adopter, comme celui d’aller chercher vos quêtes auprès d’une des guildes, d’aller sur le bateau, de proposer la quête comme destination, de fouiller un inventaire secondaire pour trouver une quête indiquant votre destination, pour ensuite partir à l’aventure.

Un cheminement simple qui perd en simplicité d’accès à cause justement du manque d’informations que le jeu propose. Le jeu se joue exclusivement en ligne, même lors de vos péripéties en solo, il ne semble pas avoir de mode hors ligne, de campagne solo. Ce qui peut paraître un peu contraignant, lorsque vous êtes seul et que vous rencontrez un groupe de pirate lors de vos voyages… Hé oui, la vie de pirate est dure !

Et vous savez, ce qui est encore plus dure ? La vie de pirate avec une mauvaise connexion, en effet, le jeu pardonne pas du tout les mauvaises connexions, aucun dans une zone temporaire, avec une chance de se reconnecter dans la même zone ou autre méthode de “repêchage” lors d’une petite déconnexion… Non, ici, une déconnexion et on vous balance à l’écran titre, tel un MMORPG… mais sans le M de Massive, cela aura pour conséquence de vous obliger à retraverser les divers écrans de chargements longs afin de vous reconnecter dans une nouvelle session, effaçant ainsi toute progression de votre précédente aventure non validé : en gros si vous êtes en cours de quête, prier pour ne pas subir de déconnexion, et de ne pas être aux horaires de maintenance, mise à jour, surtout s’il ne vous reste plus qu’à faire votre rapport de quête…

Conclusion :

L’aventure mise avant tout sur le multijoueur. Si vous êtes un joueur solo, votre expérience de jeu pourrait se retrouver très rapidement biaisée vu que le titre perd tout de suite tout le peu de fun qu’il pourrait vous proposer en ligne. Il est donc difficile d’entrevoir une aventure sympathique lorsque l’on est trop occupé à parcourir le bateau dans tous les sens lors des voyages pour assurer sur tous les postes. Le jeu arrivera difficilement à vous convaincre, d’autant plus que c’est là qu’on se retrouve nez à nez avec tous les défauts de ce dernier… On sent vraiment la hâte dans les finitions (ou son absence même de finition) du jeu.

L’idée principale du jeu est vraiment bonne, un monde ouvert multijoueurs, rempli de pirates, mais son développement lui, laisse vraiment à désirer, il est vraiment difficile de considérer Sea of thieves comme étant un jeu complet, vu le sentiment de beta – early acces encore trop présent dans le jeu. Le contenu est réellement pauvre pour être payé au prix fort. La solution du Game Pass serait la plus envisageable afin de profiter du jeu sans l’amertume d’avoir dilapidé son magot durement obtenu à la fin du mois…

Test réalisé par J-R Le Génie, contributeur sur JeuxCapt

Points positifs

  • Un monde ouvert bien grand...
  • L’univers, l’ambiance que dégage le jeu.
  • La piraterie en multijoueur.
  • Le rendu de l'eau est magnifique

Points négatifs

  • … mais aussi cruellement vide, aussi bien en mer, sur terre, dans les menus !
  • Le manque de finition : menu avare en information.
  • 3 grandes guildes, pour au final, farmer de la même manière.
  • Aucunes subtilités dans les mécaniques de gameplay.
5

Moyen