TEST- Shenmue I & II – de la nostalgie à la ballade vidéoludique

PC PS4 Xbox One

Shenmue I & II ont enfin 19 ans après sa sortie sur Dreamcast, leur portage HD depuis le 21 août 2018 sur PC, Playstation 4 et Xbox One ! C’est en 1999 qu’est lancé la saga, développée par D3T et éditée par Sega, les Action-RPG mêlent harmonieusement explorations  et combats dans un Japon des années 80. Imaginés par Yū Suzuki, avec l’avènement de la Dreamcast en 1998, les épopées aventureuses riment avec un personnage principal repensé dans une histoire originale, celle de Ryo Hazuki qui rentre chez lui pour trouver son père mourant, agressé par un certain Lan-Di.  Gravés dans la pierre vidéoludique et cités dans le livre des records, Shenmue I & II sont les jeux vidéos les plus onéreux de l’histoire de ce domaine, ceci représentant 23 millions d’euros.  Les titres devraient trouver leur suite d’ici 2019 dans Shenmue III. Test effectué très en retard pour des raisons personnelles, notez que ce dernier porte bien sur la version HD et PC du jeu, on peut dire que c’est un test dans un test avec d’une part le jeu de base et d’autre part le portage fait par Sega.

test bannière Shenmue

Shenmue I & II, univers de  Yū Suzuki : aux sources de la saga

What's ShenmueQuelques années après la conception des trois premiers volets de la saga des Virtua Fighter de 1993 à 1996, et précédant les dernières chez Sega,  Yū Suzuki imagine  un nouveau type de RPG inspiré des Virtua Fighter. Il est tellement absorbé par ce projet, qu’il se retire durant cinq années consécutives. Durant cette période, il effectue des recherches en Chine (qui sera un point de départ pour Shenmue II). Bien que des nombreux lieux dans le jeu soient inspirés d’endroits réels existants au Japon à travers le périple de Ryo,  certains quartiers proviennent de la Chine véritable. Bien après, le jeu est dans un premier temps annoncé sur  Sega Saturn, mais l’arrivée de la Dreamcast change tout de bout en bout, et le projet initialement appelé  « Project Berkley »  se transforme en « Shenmue » fin 1998. Il parvient à créer un univers ultra réaliste où le joueur peut tout voir et tout faire, avec un système basé sur F.R.E.E, signifiant Full Reactive Eyes Entertainment qui offre une grande liberté scénaristique et donne une claque graphique à l’époque.

Quelques mois plus tard, des informations sont révélées  sur le titre, à savoir l’existence de mini-jeux (Space Harrier, Hang-On)  et l’invention du systeme QTE qui sera précurseur dans le monde vidéo ludique.  Rappelons le, lié à Virtua Fighter, le jeu possède un mode de combat nommé Free Battle. Durant cette année, la fable sera présentée à plusieurs festivals alias le Digitailand, l’E3 et Tokyo Game Show. Aucune date de sortie n’est alors officiellement dévoilée mais pour faire saliver les joueurs, le studio produit une version jouable destinée à une édition japonaise de la Dreamcast sous l’appellation « What’s Shenmue ».  L’opus ne fait pas attendre puisqu’il sort dès le 29 décembre 1999 dans les bacs nippons.  Hélas les ventes ne sont pas à la hauteur des espoirs de Sega AM2 car ils n’atteignent finalement pas le million escompté en fonction du taux spectaculaire de réservations. Par la suite, le titre arrive sur le continent américain le 7 novembre 2000, disposant de sa propre version sonore et sous-titrée  puis en Europe le 1er décembre 2000 dans une version similaire.

Immersions temporelles dans la réalité : deux opus avant-gardistes

ShenmueEn 1986, Ryo Hazuki, un jeune japonais de 18 ans, rentre dans le foyer Hazuki et la gouvernante Ine-san à terre, il se rend aussitôt au Dojo où se trouve son père. Dès qu’il ouvre les portes il fait la rencontre de plusieurs hommes en noir et de Lan Di, un maître en arts martiaux. Ce dernier est juste venu dérober le trésor de la famille Hazuki, un miroir. Aussitôt Lan Di entre en combat singulier contre le père de Ryo, mais ce dernier ne parvient pas à s’en sortir car Lan Di est visiblement un adversaire bien trop fort. Ryo essaie pourtant de s’interposer mais en vain. Lan Di prend la fuite laissant le père de Ryo, décédé sur le tatami. C’est alors que Ryo Hazuki décide de venger son père.

Contenant une multitude de genres, Shenmue mêle habilement enquêtes, aventure et combats dans les arts martiaux. Dès le début du jeu, il vous faudra interagir avec des PNJ aussi uniques que variés, fouiner partout pour récolter des indices, vagabonder dans les ruelles de Dobuita dans l’espoir de décrocher  des nouveaux éléments. Vos proches vous aide dans ce projet fastidieux comme Nozomi (son amie d’enfance), Ine-San  ou encore de futurs alliés qui se révèlent être de parfaits inconnus. Tout le long de l’opus, Ryo sera confronté à des souvenirs de son passé, à son entourage, et à la traque de Lan Di. Dans un scénario de prime à bord commun, la chasse  à l’homme du jeune Ryo est aussi une introspection philosophique.  La variété et la richesse des détails et des interactions disponibles vous offre non seulement une apparence certaine de grande liberté d’action, mais également une expérience ludique émouvante, entière et donc hors du commun, dans un environnement dynamisé sur fond sonore entraînant avec les compositions de Takenobu Mitsuyoshi et Yūzō Koshiro. Notons le pacifisme du jeu qui règne durant le déroulement de l’histoire, avec notamment une certaine douceur mise en avant et bien évidemment des actions à faire sur la durée.

Shenmue IIA la fin de Shenmue, Ryo quitte le Japon pour se rendre à Hong Kong, en Chine.  Fraîchement arrivé à quai, Ryo sort du bateau avec une seule idée en tête : retrouver coûte que coûte, l’assassin de son défunt père.  Ryo Hazuki doit d’abord retrouver Lishao Tao, un maître en arts martiaux  qui devrait lui enseigner les coups nécessaires pour défier Lan Di et le vaincre.

Davantage apprécie par les joueurs que le premier du nom, Shenmue II contenu à l’époque sur quatre CD, se veut être plus vaste, plus riche que le premier titre.  La bande sonore est cette fois ci signée Yūzō Koshiro et vous accompagnera dans un jeu où les protagonistes sont très nombreux. Sorti en Europe le 30 novembre 2001, c’est aussi le moment où la production Dreamcast s’est hélas arrêtée. Ceci a eu un impact significatif sur la saga et sur l’esprit du concepteur.  En effet ce dernier voulait naturellement produire un troisième volet. C’est ainsi que Yū Suzuki vit ses derniers moments chez Sega, en effet la société est dans une situation économique précaire et pousse le créateur à aller vers d’autres horizons. Par la suite, il fondera son propre studio. A noter qu’une version Xbox est sortie en Europe en 2002.  Au  pays du soleil levant, le titre s’écoule à 92 917 exemplaires dès la première semaine et obtient un nombre total de ventes s’élevant à 147 675.  La presse lui accorde des critiques élogieuses au niveau du graphisme, des musiques et de l’ambiance.

 

Les Apports HD  : une transition graphique trop légère

ShenmueMême s’il s’agit d’un remaster/portage HD dans le sens initial du terme, Shenmue I & II n’est pas un remaster au sens large : les textures graphiques ont mal vieilli, on aperçoit de nombreux polygones dans les cinématiques, les phases de jeu et dans divers éléments du décor. Même si les visages des personnages restent corrects, la version PC souffre  de nombreux bugs. Le jeu tourne à une fréquence basse à savoir à 30 FPS et aucun patch n’est prévu pour le moment afin de corriger les récurrents ralentissements in game.  Continuons avec les bugs, ceci concerne également le ciel et les cinématiques.

Gros focus sur les aspects sonores du jeu, avec une bande sonore hélas victime d’un encodage faible, les voix au passage sont en fait grésillantes et rappellent la qualité sonore à l’époque de la Dreamcast. Il est à souligner que le son des voix est moins fort que le son d’ambiance du jeu et se coupe environ 5 secondes avant la fin d’une cinématique.

La gameplay est un autre défaut du jeu, puisqu’il est encore trop rigide et Sega aurait pu rendre le héros plus souple pour améliorer la qualité de jeu. Pour ma part, j’ai trouvé la prise en main PC loin d’être évidente puisque le personnage joué a la fâcheuse tendance à se retourner sur lui même quand vous appuyez sur les touches Z et S. Le jeu se joue en clavier qwerty. Enfin je trouve la version des menus beaucoup moins  intéressante que l’opus original.

Les Apports HD : La légende peut-elle renaître ?

ShenmueJe suis heureuse de me replonger dans Shenmue des années après la Dreamcast, en dépit des bugs constatés. Alors que la nostalgie est de mise, Sega a apporté de nombreuses nouveautés techniques au titre.  L’incrémentation du flou lumineux à savoir le bloom effect, une technologie assez récente qui rend les personnages très éblouissants. Le travail effectué sur le superslamping, un anticrénelage présent avec la possibilité de retirer le FXAA, antialiasing low cost.

Vous pouvez passer les cinématiques en appuyant sur la touche E ; vous souhaitez joué plus tard pas de soucis depuis la version PC de Shenmue, vous pouvez dès à présent sauvegarder n’importe où. Les temps de chargement sont quasiment instantanés :   vous pouvez aussi vous téléporter depuis la résidence Hazuki et vous perdre dans les quartiers  du jeu .

Enfin gros point fort du portage HD c’est la possibilité de choisir le doublage japonais d’une part et d’appliquer les sous-titres français d’autres part. Tout comme le choix du format, vous pouvez jouer soit en format 4/3 soit en format 16/9.

 

Conclusion

Véritable claque visuelle au moment de sa sortie, avant-gardiste dans pleins de domaines, le géant Shenmue est encore considéré, malgré l’âge de ses graphismes comme une œuvre à part entière . Par exemple simulant le cycle climatique basé sur un vrai calendrier mais on se rappellera du slogan de Sega à l’époque : « C’est plus fort que toi » et des nombreuses références faites à Sega dans le titre entre boites de coca cola et jeux vidéos auxquels Ryo va pouvoir jouer après une dure journée de labeur !
Le portage HD donne un coup de massue aux jeux originels, en rétrogaming, les spéculateurs se sont bien fait plaisir pendant des années : en effet pour obtenir le bébé de Sega il vous faudra débourser pas moins de 60 euros par titre, je précise bien complets et en bon état.  Pour être honnête, malgré les défauts cités et expliqués, c’est tout de même un plaisir de retâter le titre des  années après, celui ci reste en apparence beau et fluide.

Points positifs

  • Choix formation 4/3 ou 16/9
  • Possibilité de choisir le doublage
  • Supersampling
  • Possibilité de retirer le FXAA
  • Sauvegardez partout
  • Possibilité de TP rapidement dans les quartiers depuis la maison
  • Temps de chargement presque instantanés
  • Sous-titrage en français
  • Bloom effect
  • Nostalgie

Points négatifs

  • 30 FPS seulement : nombreux ralentissements
  • Textures HD peu retravaillées
  • Portage audio avec grésillements, rappel de la Dreamcast
  • Musiques faiblement encodées
  • Présence de bugs parmi les décors (le ciel), les cinématiques et les déplacements
  • Menus moins attractifs que dans l'original
6

Acceptable