TEST – State of Decay 2 : De la gestion au massacre de zombies

PC Xbox One

State of Decay 2 est le second titre de Undead Labs, la première version était sorti en 2013. Dans State of Decay, nous retrouvons ce qui pourrait être la simulation la plus réaliste en cas d’invasion zombies dans notre société. Au programme du kill de zombies, du jardinage et de l’exploration…

Niveau scénario :

State of Decay 2 n’a clairement pas le scénario le plus étoffé de cet univers. On se retrouve dans une petite ville américaine submergée de zombies, certainement comme le reste du pays. Donc jusque-là, pas de révolution scénaristique. Mais là où State of Decay 2 se démarque, c’est par le fait que le joueur peut choisir parmi plusieurs personnages. Ce qui est intéressant, car plusieurs survivants dit plusieurs histoires et ça c’est un très bon point. Même si on regrette que l’histoire de chacun ne soit pas trop travaillées et surtout pas assez mise en avant lors des phases de jeu.

Le gameplay :

Alors, prenez de quoi écrire car il y a du boulot… Et oui survivre à une invasion de zombies n’est pas de tout repos. Et State of Decay 2 vous le fait comprendre dès le début. Il va falloir gérer et mettre en place un camp de base. Faire du jardinage, de la médecine, du bricolage, des recherches et du kill de zombies rien que ça…

Une fois choisis nos survivants et le didacticiel très complet passé, on nous demande d’investir une maison et d’en faire notre camp. Etape très importante et très réaliste. En effet vous allez devoir mettre en place dans votre base, plusieurs choses essentielles pour la sérénité de votre camp.  Pour les bases il vous faut : une infirmerie, des toilettes, un récupérateur d’eau et une réserve digne de ce nom.  Mais ce qui n’est pas simple, c’est que réunir toutes les ressources nécessaires à ces différentes constructions en pleine attaque zombie, va mettre à l’épreuve vos nerfs.

Car en plus de la gestion de vos ressources et de vos nouveaux amis zombies, il va falloir gérer les humeurs de vos camarades. Si vous commencez l’aventure à deux, vous allez très vite rallier à votre survie des autres personnes. Mais ces survivants ont leurs humeurs et leurs besoins. Un peu à l’image de Sims, certains survivants vont avoir faim, manquer d’hygiène et aussi leurs propres requêtes personnelles. Donc en termes d’organisation c’est un combat sans fin qui s’annonce. Mais même si c’est casse-tête, on ne peut pas enlever à ce jeu son côté réaliste. Pour gérer toutes ces choses, vous avez à votre disposition et en permanence un tutoriel in-game, ce qui est très malin car, vous allez souvent apprécier son intervention.

Et les zombies dans tout ça ?

State of Decay 2 ne se résume pas qu’au jardinage et aux soins médicaux… Qui dit invasion zombies, dit des tonnes de frag à faire. Et ce qui est cool, c’est que les moyens ne manquent pas  pour dézinguer des morts vivants. On retrouve les classiques armes à feu (pistolet, fusil à pompe, carabine de grand-père…), armes blanches qui sont plus fun (batte, pied de biche, couteau de cuisine…), mais aussi les explosifs (cocktails molotov, pétard, grenade…). Vous voyez les moyens ne manquent pas dans ce jeu et c’est cool. Pour ceux qui veulent mettre des zombies sous leurs pneus, pas de soucis. Un peu à l’image d’un GTA, n’hésitez pas à prendre le contrôle d’une voiture, d’un pick-up et même d’un van. Ce sera un moyen efficace pour tuer des zombies en grande quantité, mais aussi pour échapper à des hordes. Attention toutefois à une chose, State of Decay 2 étant très réaliste. Votre essence ne sera pas éternelle. Donc surveillez bien votre jauge de gasoil, car il serait mal venu de tomber en panne devant une bande de zombies affamés.

Maintenant que vous avez les moyens nécessaires pour les tuer, il faut voir leurs comportements.  Je vous rassure la plupart du temps, ces zombies ne sont pas vif, ni très malins. Mais il y a plusieurs sortes de zombies et la ça peut vite se compliquer… Il faut savoir que vous pouvez à tout moment, décider d’aller éradiquer une horde de zombie. Dans le but de gagner de la renommée et surtout de gagner une zone qui vous servira de relais à votre base. Mais cette dite horde, peut contenir par exemple des hurleurs. Cette variété de zombies un peu plus évolué, a pour but comme son nom l’indique de hurler afin d’attirer plus de zombies sur vous. Donc si vous croisez un zombie qui pousse la chansonnette, mettez-lui une balle dans la tête et l’ambiance redeviendra plus calme.

Dans certaines zones infectées, vous allez voir des cœurs de peste. Oui c’est un nom très poétique je vous l’accorde… Ce cœur de peste vous devez absolument le détruire, à l’aide d’explosifs ou d’armes à feu. Cette action nettoiera la zone mais peut revenir, là est le problème. Donc consultez souvent votre carte pour les contrôler.

Docteur s’il vous plaît !

Tuer des zombies c’est bien, mais je vous rappelle que State of Decay 2 se veut réaliste. Et une de choses à ne pas négliger, ce sont les soins pour vous comme pour votre équipe. Rapidement il va falloir construire une infirmerie de niveau 1. Elle vous servira à soigner tous les survivants de différentes pathologies : brûlure, blessure, infection zombie… Et si on vous demande souvent (ce qui est énervant tellement c’est souvent) d’aller chercher des médicaments et autres pansements. Il faut absolument ne pas oublier de ramasser sur les cadavres de zombies ce que l’on appellera : les morceaux de pestes. Ces prélèvements vont vous être demandés par l’infirmière de votre camp. Dans le but de créer des injections, pour lutter contre la potentielle mutation si vous vous faites mordre. Le souci c’est que souvent on passe plus de temps à jouer les médecins que les tueurs de zombies et ça c’est frustrant. Mais cela a le mérite d’être réaliste.

Niveau ambiance :

Alors là je suis mitigé. Il y a de très bonnes choses et des catastrophes.  Ce qui est vraiment bluffant c’est l’ambiance sonore de State of Decay 2. On est vraiment plongé dans une atmosphère réaliste et donc angoissante, surtout la nuit. Les quelques pistes sonores présentes sont plutôt convaincantes. Le fait qu’il y ai la rotation jour/nuit donne encore plus de crédibilité au jeu et aux différentes phases de survie.

La nuit parlons-en, c’est je pense le point négatif le plus gros de State of Decay 2. Clairement c’est une catastrophe, il n’y a pas d’autres mots… Le souci c’est que quand il fait nuit dans ce jeu, on ne voit plus rien. A tel point que sur certaines phases de survie et de recherche, j’ai dû augmenter la luminosité de ma télévision pour y voir clair. Je vous garantis que ce n’est pas votre lampe torche qui va vous sauver, ni vos feux de voiture. On en arrive à craindre ces phases nocturnes, limite on ne veut pas sortir avant le lever du jour. C’est vraiment dommage, car la nuit est assez longue et du coup on perd un temps monstre soit à attendre, soit à chercher dans le noir.

La réalisation graphique quant à elle, est très moyenne. Oui les décors sont corrects, mais on pouvait attendre mieux sur ce second opus. La réalité des zombies laisse un peu à désirer et la modélisation des personnages n’est pas dingue.

Conclusion :

State of Decay 2 est une bonne simulation dans l’invasion zombie. Le réalisme de la survie est à l’honneur. Mais pas mal de points négatifs gâchent l’expérience sur le long terme. En multi ça devient plus fun, mais l’on regrette l’absence de coop en local qui aurait apportée un plus. Donc un titre à faire à l’occasion.

Points positifs

  • Ambiance immersive
  • Simulation complète
  • Diversité dans le choix des armes

Points négatifs

  • Passage de nuit trop sombre
  • Pas de multi en local
  • Graphiquement moyen
  • Gestion de sa base casse tête
  • Missions répétitives
6

Acceptable

Dragon Ball c'est la vie et Mirai Trunks c'est le meilleur ( ^.^ )

Laisser une réponse