TEST – The Elder Scrolls Online : Summerset – Bienvenue à l’île du Couchant

PC PS4 Xbox One
Une année s’est presque écoulée depuis la sortie de la première extension de The Elder Scrolls Online baptisée Morrowind. Après avoir ressorti un épisode datant de 2002, Bethesda Softworks va encore plus loin et ressuscite cette fois le premier jeu de la franchise sorti en 1994 sur MS-DOS.

TEST - The Elder Scrolls Online - SummersetUn retour en arrière formidable :

TEST - The Elder Scrolls Online : SummersetLes plus anciens se souviennent peut-être de la première fois qu’ils ont découvert l’Archipel du Couchant. Le royaume des Hauts-Elfes ouvre à nouveau ses portes et se prépare à accueillir les valeureux guerriers que vous êtes. Cette nouvelle zone est constituée de deux grandes îles principales : Artaeum et Auridia. Comme tout le reste du jeu, ce contenu supplémentaire est accessible à tous les joueurs ayant au préalable acheté l’extension Summerset. Il suffit juste de se téléporter à l’oratoire de l’archipel afin de démarrer la première quête. Vous pouvez donc aisément garder votre personnage fétiche pour explorer cette partie d’Elder Scrolls appelée aussi Archipel de l’automne.

Les nouveaux joueurs pourront également débuter l’aventure sur la mer Abécéenne après un tutoriel très rapide permettant de se familiariser avec les commandes de base. Si celui-ci reste très bien scénarisé, on regrette cependant qu’il soit aussi court et qu’il ne montre pas toutes les possibilités qu’offre me jeu. Même si on trouve un nombre incalculable de guides sur le net, un petit effort de la part de Zenimax aurait été le bienvenu.

Un nouveau départ :

TEST - The Elder Scrolls Online : SummersetOn attaque ce nouveau chapitre à proximité de la cité d’Etincelante, berceau du peuple elfique. La Reine Ayrenn du Domaine Aldmeri vient d’ouvrir les frontières de sa région aux étrangers ce qui vous permet de pénétrer sur ses terres. Néanmoins, ne vous attendez pas à un accueil chaleureux de la part des habitants. En effet, les Altmers ne vous faciliteront pas la vie et vous répondront souvent froidement lorsque vous tentez d’engager la discussion.

Summerset propose trente à quarante heures de quêtes supplémentaires et la modélisation des paysages reste très fidèle à l’ensemble des Elder Scrolls. Avec une expérience centrée sur les dialogues et les suites de quêtes, les possibilités sembles presque illimitées. Le nombre de PNJ offrant des missions est assez impressionnant et les histoires de ces personnages sont tout aussi variées. On retrouve ici la formule qui a si bien marchée dans la première extension à savoir Morrowind. Il faudra donc jouer les détectives afin de résoudre un meurtre, infiltrer une maison elfique de prestige ou encore se faire passer pour un artiste. De quoi chasser la monotonie des traditionnelles MMO.

Tout le monde il est beau :

TEST - The Elder Scrolls Online : SummersetGraphiquement, on retrouve une palette graphique amplement suffisante et des villes très bien modélisées. Les grandes cités et les nombreux espaces que propose l’archipel se distinguent assez de Tamriel tout en étant sensiblement les mêmes. On ne va pas dire qu’il s’agit d’un simple copié collé avec des couleurs différentes mais on ressent comme une impression de déjà vu. On se retrouve néanmoins à contempler les champs de fleurs avant de s’enfoncer dans les sombres cavernes que la nature semble avoir laissée. Mais ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une nouvelle zone que les ennemis seront moins puissants. Celle-ci s’adapte au niveau de votre personnage afin de ne pas de farmer tout un coté de l’ile avec un héros gonflé à bloc. Si l’idée est loin d’être inintéressante,  elle n’a malheureusement pas évoluée depuis la sortie du patch One Tamriel. En effet, comme le jeu s’adapte à votre niveau, si on vient à former un groupe avec des gens qui possèdent 20 niveaux de plus que nous nos adversaires tenteront de faire de même selon celui qu’ils attaquent. Ce qui fait que les petits joueurs ressentiront « un peu » le challenge mais les plus gros regretteront encore le manque de défi que proposent Le Couchant. Il en va de même pour les boss, si le groupe est homogène le défi sera bien présent mais dans le cas contraire ne vous attendez pas à des miracles. Finalement on passera la majorité de son temps à parcourir le monde en solo tout en croisant des joueurs pendant notre périple.

Vers le nouveau monde !

TEST - The Elder Scrolls Online : SummersetSummerset a donc introduit l’Ordre Psijique qu’il sera possible de rejoindre à tout moment. Ces mages mystérieux maitrisent le temps et l’espace et il sera possible d’apprendre à contrôler ses éléments afin de débloquer une nouvelle ligne de compétences. Elle s’avère assez intéressante dans sa technique ultime qui une fois active permet de revenir quatre secondes en arrière afin de récupérer la santé, la magie et la vigueur que vous disposiez à cet instant précis. En maitrisant l’espace, vous serez capable de voir les brèches Psijiques afin de récupérer le contenu des coffres de celles-ci.

Rajoutez à cela des nouveaux donjons et des nouvelles épreuves pour les plus téméraires. Parmi elles, un défi permettra à un groupe de douze joueurs d’affronter trois boss. Récompenses garanties à la clé ! Pour le reste, il faudra se contenter de nouveaux objets et d’équipements et de l’ajout d’une nouvelle compétence de fabrication : la joaillerie. Si elle a été demandée par la communauté, cette compétence s’avère longue et fastidieuse puisqu’il faudra parcourir le territoire entier à la recherche des bons éléments avant d’obtenir des bijoux potables.

Conclusion :

The Elder Scrolls Online : Summerset reste une très belle extension malgré ces quelques défauts. Si l’aventure est cependant toujours centrée sur le solo, il est assez aisé de trouver des compagnons de routes. On regrette cependant que pour le prix il n’y est pas plus de nouveautés mais au fond, nous sommes aussi des éternels insatisfaits. Le coté multijoueur reste encore trop peu exploité hormis sur quelques épreuves mais l’ensemble de l’aventure peut facilement se faire sans aide. Coté narration, Zenimax a fait du très bon boulot, les quêtes sont très bien écrites et l’immersion est bien présentes. Les fans de la licence seront ravis et les débutants n’auront pas de mal à se familiariser avec cet univers fortement inspiré par Tolkien et compagnie.

Points positifs

  • Un très bon RPG...
  • Une narration digne d'un Tolkien
  • Une nouvelle compétence ajoutée (joaillerie)
  • Version française intégrale
  • Un nouveau monde gigantesque

Points négatifs

  • ...Dommage pour un MMO
  • Le multijoueur est assez transparent
  • Pas de classes supplémentaires
8

Super

Laisser une réponse