Test – The Legend of Zelda : Breath of the Wild – Le renouveau de la saga ?

Il y a fort longtemps que l’on attendait un renouveau pour la saga The Legend of Zelda. Après être passée sur 3DS et Wii U totalisant quatre remakes, un opus canon convaincant et Triforce Heroes, la saga fait son grand retour sur Nintendo Switch. Cette fois-ci, on quitte la tradition pour se focaliser sur l’avenir dans un monde intégralement ouvert. The Legend of Zelda : Breath of the Wild est-il l’opus somme de la saga ? Celui qui lui permet de franchir un nouveau cap.

The Legend of Zelda : Breath of the Wild

Une histoire ouverte…

Chaque Zelda commence sur une page d’histoire racontant la légende d’un jeune garçon ayant lutté contre des forces obscures à l’aide de la Triforce. Nous nous réveillons en tant que Link, un adolescent ayant dormis pendant un siècle. Réveillé par une voix féminine, Link doit affronter le Grand Fléau Ganon, mais pour cela, il doit d’abord apaiser les esprits de chaque tribu pour affaiblir le mal qui s’est emparé d’Hyrule et sauver le monde. L’histoire de The Legend of Zelda : Breath of the Wild paraît simpliste à lire telle quelle. Il faut avouer que Nintendo a fait de grands efforts depuis leurs dernières créations pour proposer un jeu narrativement fort et intéressant à suivre. En effet, The Legend of Zelda : Breath of the wild vous livre seul face à la nature où l’histoire ne s’écrit plus par un chemin défini, mais par les actions que vous allez exercer sur le monde.

Les nouvelles règles sont simples : laisser place à l’immersion du joueur et à l’exploration pour développer un Hyrule, grand, fabuleux, mais tout aussi vivant. Chaque hectare parcouru regorge de créature, de PNJ et de monstre pour développer l’univers du jeu. Le récit de Link s’enrichit au fur et à mesure que l’on progresse dans l’aventure. Les nombreux sanctuaires vous permettront de connaître les épreuves qui attendent Link, tandis que les différents peuples vous conteront l’histoire d’Hyrule et ce qui s’est déroulé durant le siècle écoulé.

L’écriture des personnages est même très réussie. Les archétypes basiques sont encore là, mais bénéficie d’un travail plus poussé pour devenir des protagonistes plus touchant. Notamment les personnages principaux. Zelda n’est plus une princesse en détresse, mais doit être une dame pour lutter contre Ganon. Elle devient jalouse de Link puisqu’il est devenu le héros légendaire à sa place. Elle fait face au doute et à l’indécision ce qui la rend beaucoup plus vulnérable, mais également plus attachante. Link possède le même traitement. Le personnage, dénué de toutes paroles, place le joueur en tant qu’acteur principal du récit. Par ce manque de voix dédié au personnage – les personnages secondaires sont doublés en français – le joueur s’identifie et s’approprie l’aventure de Link. Peut-être même plus qu’auparavant. Ce travail sur le personnage est impacté par le gameplay puisqu’il faudra réunir les différents souvenirs de Link par sa tablette Sheikah. Le côté légendaire de ses aventures pousse l’exploration à son paroxysme afin de réunir la totalité de ses souvenirs. Le principe est simple, trouver chaque lieu pour les photographier et faire réagir la mémoire de Link. Le joueur peut apprécier les relations qui unissaient tous les personnages, mais aussi de voir la chute du Royaume d’Hyrule.

Un nouveau genre d’aventure…

The Legend of Zelda : Breath of the Wild Rares sont les titres qui arrivent à bouleverser le jeu vidéo et ses genres très codifiés. Le genre Aventure possède de nombreux codes qui se sont mêlés et améliorer au fil des années. La licence a toujours su renouveler l’intérêt du soft d’aventure. C’est une nouvelle fois le cas avec The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Le titre est, d’un côté, un monument du genre pour Nintendo, de l’autre, il modernise des codes ancrés dans l’histoire du média au profit du joueur. De nombreuses influences parsèment l’aventure de Link. Nous notons du The Elder Scrolls et un bon nombre de RPG occidental. D’autres citeront Assassin’s Creed. Ces inspirations sont inscrites subtilement dans l’aventure proposant un titre aux multiples influences, mais ayant sa propre identité. En effet, le titre de Nintendo s’avoue être d’une richesse inouïe et relève de bonnes trouvailles pour maintenir l’attention du joueur. Toujours en quête d’exploration, il cherche à examiner chaque recoin d’Hyrule afin d’améliorer son personnage pour avancer dans le récit.

Qui dit « monde ouvert » — avec la possibilité de faire chaque donjon dans l’ordre que l’on souhaite — dit nouvelles phases de gameplay. Tout d’abord, la gestion de l’environnement est un parti pris intéressant de la part de Nintendo. La mort interviendra de nombreuses fois à cause de cette plaine qui vous entoure. Le joueur doit se préparer physiquement à affronter les dangers de cette immense terre. Cela passe par un inventaire qu’il faut toujours renouveler avec soin, que ce soit en terme d’équipement ou de ressources, mais aussi en terme de vêtement. Chaque arme que possède le joueur dispose d’une durée de vie. Une fois écoulées, les armes peuvent se briser. Il faut réagir en conséquence pour ne pas se retrouver affaibli face aux différents ennemis du jeu. La grande nouveauté de cet opus est la gestion de la température. Il arrive que certaines zones de jeu soient trop chaudes ou trop froides ; ce qui vous enlèvera un demi-cœur voire plus. Des zones à grand danger pour quiconque n’est pas préparé à s’y rendre. Le joueur n’est pas seulement laissé à l’abandon pour évoluer dans ce monde, au contraire, il doit apprendre à survivre et cela passe aussi par la concoction de nombreux remède ou recette. Ces dernières serviront à vous redonner de la vie, mais vous octroieront aussi quelques bonus contre la météo. Il faut aussi évoquer les cycles Jour/Nuit et météorologique, qui apportent son lot de changement. La météo est un facteur important de l’aventure. Par exemple, lorsque l’orage grondera, il est nécessaire de porter autre chose que du métal. Link étant lié au sol, il peut servir de conducteur pour le tonnerre. De même qu’attaquer de nuit vous permet de vous rapprocher plus facilement des ennemis. Leur garde étant réduite. De nombreuses combinaisons d’attaque deviennent possibles pour notre grand plaisir. Autre exemple non exhaustif, lorsqu’il pleut, si vous utilisez une flèche électrique pour toucher un ennemi, il se peut que vous créiez un dôme électronique qui en touchera d’autres. Cela marche aussi dans le sens inverse. Si Link est touché par une flèche électrique, il peut lâcher son équipement à cause de la violence du choc. Ce nouvel Hyrule est parsemé d’embûche et n’importe quel événement peut rapidement devenir votre ennemi.

De plus, l’IA ennemie est assez convaincante. Elle réagit plutôt bien et cherche à chaque fois le défaut de votre garde. Il faut redoubler de stratégie et d’efficacité pour gagner ses nouvelles armes, ses nouveaux boucliers, etc. Chaque combat, complexe ou non, vous donne de nombreuses récompenses à la hauteur de leur difficulté. Également, il faut noter que Link n’attaque pas de la même manière avec une épée qu’avec un espadon. C’est tout un coup de main à avoir, mais une fois acquis, le jeu dévoile pleinement son potentiel et l’on peut se balader sereinement en Hyrule. Autre point majeur de cet opus, la manière dont nous devons augmenter la barre de vie et de stamina. Les anciens jeux de la licence vous demandaient de parcourir les donjons pour récupérer les réceptacles de cœurs. Ces derniers sont toujours présents, mais vous devrez prier auprès d’Hylia, la déesse d’Hyrule. Cela dit, chaque prière à son prix et vous devrez prouver votre valeur pour mériter votre due. C’est ainsi qu’entrent en scène les différents sanctuaires. Dispersé à travers le monde, vous devrez résoudre des énigmes, prouver votre force et effectuer moult épreuves pour récupérer des « symboles de héros ». Ces symboles vous permettront de faire un vœu auprès de la déesse afin d’augmenter soit les cœurs, soit la stamina. La barre de Stamina sera majeure, car c’est grâce à elle que vous pourrez grimper sur les montages ou que vous pourrez réaliser quelques attaques spéciales. Les cœurs sont aussi importants pour pouvoir résister face aux différents ennemis. Il y a un équilibre à obtenir et une logique à cerner pour réussir à être efficace dès les premières heures de l’aventure. Il faut aussi parler de la physique du jeu qui en fera rire plus d’un. Poussée au paroxysme, vous pourrez défier la gravité grâce à des combinaisons loufoques. Cela dit, vous pourrez résoudre de nombreuses énigmes d’une manière alternative en faisant exploser votre créativité. Loin d’être un défaut, elle apporte de l’aide supplémentaire dans les combats. Elle peut aussi vous désavantager, car rien n’est plus risqué que d’être envoyé à quelques mètres pour perdre des cœurs supplémentaires. Un monde ouvert impitoyable comme nous vous l’avons dit plus tôt.

Les donjons liés à l’aventure principale sont aussi très convaincants, ces derniers proposent de grands moments d’aventure et de réflexion. Assez complexe parfois, il faut réfléchir à plusieurs solutions pour s’en sortir. Très libre, ce nouveau Zelda vous permettra de résoudre les énigmes de différentes façons, ce qui laisse à chacun de créer son histoire, mais aussi sa solution pour progresser dans l’aventure. Ainsi, il plaira à tous joueurs de dévoiler ses astuces. Dans un sens, il y a une volonté de partage entre joueurs qui se dégagent du titre, ce qui est plutôt agréable pour comprendre les différentes solutions proposées par Nintendo.

En soi, The Legend of Zelda : Breath of the Wild possède de nombreux composants RPG. Grâce au renouvellement de l’équipement, l’augmentation des capacités de Link, les nombreuses quêtes principales et annexes, tout cela s’inscrit parfaitement dans l’univers dans lequel évoluent joueurs et personnages. Dans son inventaire, Link se réveille avec une tablette aux différentes capacités. Par exemple, il pourra invoquer plusieurs bombes, créer des plates-formes de glace, figer le temps, utiliser un aimant pour attirer les objets métalliques ou encore prendre des photos pour enrichir son encyclopédie. Vous pourrez aussi monter sur des tours pour dévoiler votre carte petit à petit. Une solution pour voyager en toute « sécurité ». Autant vous dire que le jeu fourmille d’idée à la pelle et qu’il constitue une avancée importante dans le genre. Le gameplay, très complet, de The Legend of Zelda : Breath of the Wild le dresse directement au panthéon des jeux à faire avant de mourir, notamment grâce à sa richesse et sa générosité. À juste titre, inutile de faire une comparaison avec le très bon Horizon : Zero Dawn. Les deux jeux proposent un renouveau du genre et il est dommage de nous priver de ce qu’il propose chacun à leur niveau. Cela dit, The Legend of Zelda : Breath of the Wild n’est pas exempt de défaut.

Une direction artistique forte, mais…

The Legend of Zelda : Breath of the WildCe nouvel opus de la saga est d’une beauté rarement vue sur une console Nintendo. Des environnements gracieux, des panoramas à couper le souffle, des effets de lumières renversants et un mélange entre réalisme et cel-shadding absolument maîtrisé. Tout est présent pour littéralement faire voyager le joueur. C’est même totalement fonctionnel. Au lieu de suivre une histoire, le joueur s’amuse à contempler les environnements et profite des différentes brises de vents ou de l’univers qui prend vie sous ses yeux. De la vie, il n’en manque pas, de jour comme de nuit, l’univers de Breath of the Wild vit continuellement. Nous nous retrouvons toujours avec des insectes qui voleront autour de nous, avec la présence d’ennemis à des points stratégiques ou encore des relais avec des PNJ. Le jeu est vrai plaisir visuel qui se savoure tout au long de l’aventure.

Nous évoquions brièvement le chara-design ci-dessus, mais ce dernier est de qualité. Nous faisons face à des personnages entre l’adolescence et l’âge adulte. Nous sommes proches de Skyward Sword pour le côté « adulte » des personnages avec la jeunesse de ceux de Wind Waker. Une mixité bienvenue qui arrive à rendre les personnages attachants. Des émotions renforcées par l’animation des protagonistes et par la mise en scène du titre qui démontrent que Nintendo à du savoir-faire. Nous aurons souvent l’impression de nous retrouver face à un film d’animation haut de gamme avec une bonne gestion de la couleur. Les palettes proposées par Nintendo sont variées et se marient bien pour proposer différentes ambiances. Elles sont importantes pour accorder du crédit à l’univers du jeu. Cela va de pair avec la bande sonore du jeu qui se révèle absolument fantastique. En terme d’ambiance visuelle, The Legend of Zelda : Breath of the Wild est une réussite. Néanmoins, c’est par l’aspect technique que le titre prêche.

Notre test du jeu est exclusivement basé sur Nintendo Switch, nous pouvons affirmer que le jeu tient très bien la route que ce soit sur le mode tablette ou le mode Télévision. Le mode tablette renforce l’immersion du joueur en utilisant très correctement le gyroscope et d’autres fonctionnalités disponibles par ce mode. De plus, le petit écran arrive à proposer des traits plus fins rendant l’univers encore plus impressionnant. La fluidité est de mise, puisque nous n’aurons que très peu de baisses de frame au cours de notre partie. Le mode télévision renforce l’impression de grandeur du jeu et démontre la très forte profondeur de champ du titre. Il propose des environnements immenses avec une profondeur de champ très réussie au vu des éléments que l’on peut voir au lointain. Il arrive régulièrement que le soft connaisse quelques baisses de régimes dans ce mode à cause d’une gestion importante du décor et des personnages. Plus présentes que sur le mode tablette, cela peut nuire à l’aventure, surtout dans des séquences sous-tensions. Le titre possède aussi des textures décevantes pour un titre sorti en 2017. Quelques fois baveuses ou réalisées avec peu d’attention, nous avons l’impression de voir un potentiel gâché. Il faut regarder avec attention, mais la différence avec la direction artistique est tellement grande que cela en est décevant. À noter que du clipping apparaît de temps à autre au cours de l’aventure. Des points qui peuvent décevoir, mais qui trouvent une logique dans un monde ouvert. Difficilement reprochable donc, même si Nintendo a les capacités de faire beaucoup mieux pour sa nouvelle console.

… Une bande sonore de qualité

La nouvelle aventure de Link n’a pas à rougir de la qualité de sa bande originale. Si l’on pouvait craindre des environnements vides sans musiques, les compositeurs de l’aventure, Koji Kondo – en tant que superviseur – et Manaka Kataoka arrivent à transmettre la notion d’aventure. En reprenant des thèmes emblématiques, mais en créant aussi des nouveaux, l’impression qu’un siècle s’est écoulé est omniprésente. Tantôt mélancoliques, tantôt épiques, les deux compositeurs ont cerné les thématiques de cette nouvelle aventure. Les nouvelles compositions ajoutent de la texture à l’ambiance, mais aussi au récit des différents protagonistes. Le joueur arrive à s’immerger dans l’univers de la saga, une dernière fois, pour une grande aventure dont il connaîtra des pincements au cœur presque à chaque moment.

Inutile de préciser que le sound-design est de qualité, car arrivant à interchanger parfaitement entre moments de silence – presque pesant – et l’utilisation des différentes compositions de l’aventure. Le titre bénéficie d’un travail d’orfèvre sur le son pour littéralement transporter le joueur.

 

 

Le trailer de lancement français de The Legend of Zelda : Breath of the Wild

Conclusion

The Legend of Zelda : Breath of the Wild est-il un grand jeu ? Oui, sans aucun doute. Un jeu qui renouvelle un genre déjà trop codifié, mais qui apporte la bouffée d’air frais nécessaire à la saga. Avec ses nombreuses activités annexes, son exploration mis au service de la narration et du gameplay, mais aussi de la direction artistique, Nintendo fait de ce Zelda une nouvelle perle comme l’était Ocarina of Time à son époque. Cela dit, le titre possède des défauts techniques non négligeables, dont des textures décevantes ou encore des baisses de frames majeures. Le tout est sauvé par une direction artistique convaincante et maîtrisée. On pouvait redouter beaucoup de choses à l’approche de ce nouvel opus, mais Nintendo se veut rassurant concernant l’avenir de la saga. Celle-ci est entre de bonnes mains et pourrait bientôt proposer de nouvelles aventures palpitantes pour Link. Il est important d’évoquer le travail de la narration qui est renforcé par des personnages doublés en français, mais aussi par des brides de mémoires à la mise en scène très réussie. The Legend of Zelda : Breath of the Wild est un très bon titre qui marquera l’Histoire du jeu vidéo. Néanmoins, le jeu doit-il continuer sur cette lancée ? Il est vrai que l’aventure en monde ouvert sied bien à ce nouvel opus canon. La narration y est maîtrisée, le joueur explore en toute liberté et le titre est rarement vide, mais les ventes des précédents jeux prouvent que les joueurs attendaient peut-être un retour à l’ancienne. Une question légitime afin de connaître les intentions de Nintendo pour l’avenir de la licence.

Jeu testé sur une Nintendo Switch

Points positifs

  • Une aventure palpitante
  • Un gameplay en changement constant
  • Le nouveau Hyrule en monde ouvert
  • La grande liberté du joueur
  • La direction artistique
  • La bande-originale et le doublage
  • L'aspect RPG très présent et réussi
  • Les nombreuses quêtes principales et annexes
  • Une durée de vie très conséquente (plus de 100h)
  • Des personnages touchants
  • Une mise en scène élaboré et des personnages bien écrits
  • Une difficulté bien dosée si le joueur n'est pas bien préparé

Points négatifs

  • Un peu de clipping
  • Des textures daté
  • Des baisses de frames importantes sur le mode TV
  • Techniquement un peu faiblard
9

Exceptionnel

Ce n'est pas un lac, c'est un océan...