the occupation

The Occupation

PC

The Occupation, un jeu politique et historique

À bien y regarder de plus près, ils sont bien rares les jeux historiques. Bien sûr, le jeu vidéo n’aura eu de cesse que de raconter les guerres, mais les autres évènements alors ? C’est encore plus flagrant quand il s’agit de jeu politique. Peut-être que l’arrivée l’année dernière de 1979 Revolution : Black Friday aura changé les choses.

Ce dernier prenait donc place en 1979 et s’intéressait à la révolution iranienne. Peut-être que les développeurs d’Ether One ont été inspirés par ce jeu. En effet, ces derniers annoncent l’arrivée prochaine de The Occupation. Il s’agit d’un jeu d’aventure qui s’intéressera tout particulièrement à l’Union Act. Il s’agit d’une loi créée à la suite d’une attaque terroriste sur le sol anglais, causant 23 décès. Cette loi fût vivement critiquée, car limitant les libertés des Britanniques. Une thématique qui fait particulièrement écho avec les problèmes d’aujourd’hui. Faut-il limiter les libertés pour créer plus de « sécurité » ? Ainsi, difficile de faire un jeu plus actuel, politique et historique.

Concernant le jeu en lui-même, le joueur sera confronté à des choix cornéliens. En somme, il est responsable de la création de cette loi, et donc du futur de l’Angleterre. À noter que le jeu sera assez court puisqu’il se déroule sur quatre heures, en temps réel. Mais on imagine que les choix sont multiples et changeront grandement les conséquences. The Occupation devrait arriver cette année au moins sur PC. Les développeurs n’ont pas encore démarché les constructeurs, mais ils espèrent toucher un maximum de consoles. À noter que le jeu est réalisé avec l’Unreal Engine 4 et est particulièrement agréable à l’œil. L’ambiance ressemble presque à un We Happy Few dans une réalité bien réelle. Espérons que The Occupation ne finira cependant pas comme We Happy Few. En effet, ce dernier a reçu un accueil assez mitigé puisque son principe intéressant se heurtait à un gameplay paradoxal.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse