TitanFall 2 – Test

Acheter dès maintenant

Suite à un conflit entre les deux fondateurs de Infinity Ward, Jason West et Vince Zampella, et Activision, ces derniers ont quitté la licence Call of Duty pour créer en 2010 un nouveau studio baptisé Respawn Entertainment qui est sous le joug du géant Electronic Arts. Les développeurs ont donc créé une nouvelle licence FPS, TitanFall, dont le premier épisode est sorti en 2014 sur les consoles Xbox et PC proposant uniquement du multijoueur. Pour le second épisode nommé tout simplement TitanFall 2, le jeu offre aux joueurs en plus du multijoueur, un mode solo qui porte bien son nom, et pour la première fois, une sortie sur une console PlayStation.

titanfall-2_jeuxcapt-test

Nos images maison de TitanFall 2 à retrouver dans notre galerie.

Un solo classique, mais efficace

Le premier épisode n’offrait tout simplement pas de campagne solo digne de ce nom. Respawn a ainsi écouté les joueurs en proposant pour cette nouvelle itération une véritable campagne solo travaillée comme il se doit avec une histoire, des missions, et un objectif principal à accomplir.

On incarne un simple soldat fusilier de la Milice, Jack Cooper, qui va vite prendre du galon suite à des événements tragiques perpétrés par les méchants ennemis de l’IMC qui veulent détruire la galaxie à coup de Distordeur. Le jeu nous envoie sur la planète Typhon où notre tâche sera d’arrêter les agissements de l’IMC. Arrivé sur cette planète, on y trouve un Titan nommé BT-7274 mal en point suite à des combats qui l’ont quasiment détruit. Jack Cooper va alors prendre le contrôle et se lier directement à ce Titan qui sera notre (seul) allié durant toute cette aventure.

Histoire simple, scénario classique, grande mise en scène hollywoodienne, grand méchant pas méchant du tout, couloir sur couloir, on voit tout de suite la patte des anciens développeurs de Call of Duty. Mention spéciale à Blisk, le fameux « grand méchant », mais qui ne l’est pas vraiment, incarné en version française par… Joey Starr. Le fameux rappeur avec son timbre de voix reconnaissable facilement ne convient malheureusement pas du tout dans ce rôle. On a limite envie de se fendre la poire à chaque fois qu’on l’entend parler. Tout comme cette stupide Intelligence Artificielle. On vous conseille grandement de commencer le jeu en difficile ou en Élite, car il n’y a pas du tout de challenge à cause de cette IA à la ramasse totale !

Si la campagne solo fait très « Call of Dutyesque », elle est toutefois efficace et propose durant cinq à six heures de l’action, ce que l’on attend finalement de ce type de FPS. Le level-design travaillé permet ainsi d’utiliser aisément les fonctionnalités de jet-pack de notre héros, avec des doubles sauts, la possibilité de courir sur les murs. C’est dynamique, ça répond bien à l’appel, et ça se prend facilement en main. On n’en demande pas plus.

Ainsi, on passe de pilote à Titan en une fraction de seconde. Les combats en Titan sont nerveux et intéressants, et on prend plus de plaisir à combattre les ennemis au sol ou les Titans ennemis à bord de notre BT-7274 plutôt qu’à pied. Au fil des missions, notre Titan va se voir acquérir de nouvel arsenal, avec de nouvelles armes (grosse mitraillette, fusil à pompe, lance-grenades, etc) ce qui va nous permettre de varier les combats en switchant rapidement d’une arme à une autre en appuyant sur une simple touche.

Mention spéciale également à une mission astucieusement bien ficelée où il faudra se téléporter via un accessoire entre le présent et le passé, pour avancer dans le niveau afin d’éviter les obstacles, mais aussi afin de découvrir pourquoi on en est arrivé là. L’idée est très bonne, le level-design est excellent, mais c’est très limité. Cela pourrait donner quelque chose de très bien dans un troisième opus, qui sait.

En ne partant de rien, les développeurs nous proposent tout de même une campagne solo qui porte bien son nom. Elle ne restera pas dans les annales, car trop classique, trop courte, et une histoire pas vraiment intéressante à suivre, mais notons tout de même que Respawn a écouté les envies des joueurs.

Un multijoueur survitaminé

Le principal argument pour l’achat de TitanFall, c’est tout de même sa composante multijoueur. Avec un gameplay toujours aussi dynamique et nerveux, c’est sur ce mode-ci que vous passerez le plus de temps.

Au niveau de l’arsenal, le jeu nous propose plusieurs classes d’armes allant du fusil à pompe, au sniper, au fusil d’assaut ou encore à la mitraillette. Ce sont au total une vingtaine d’armes principales qui sont disponibles. Le tout est déblocable en passant des niveaux ou alors en utilisant des crédits gagnés à chaque partie jouée. Chaque arme dispose de ses propres statistiques, mais également de ses propres atouts avec la possibilité de choisir d’avoir plus de munitions, de regarder plus vite dans le viseur ou encore recharger plus rapidement, ou même de tirer tout en courant. Malheureusement, au niveau des accessoires, c’est le néant. À part quelques viseurs, les armes ne disposent pas, par exemple, de silencieux, ou autres tels qu’un Call of Duty. Côté armes secondaires, on a le choix entre plusieurs pistolets, ou alors des armes Anti-Titan telles qu’un lance-grenades, un fusil laser, ou même un lanceur de sphère d’électricité.

Des bonus « Tactique » sont aussi disponibles afin d’avoir une aide supplémentaire pour le joueur. On retrouve dans le lot un camouflage, un grappin, une lame à impulsion révélant les ennemis à proximité, un stimulant pour une régénération plus rapide de la santé, un atout de téléportation, ou encore la possibilité de créer un leurre de soi-même. Tout ça se débloque en atteignant certains niveaux, ou alors en dépensant des crédits spéciaux. Pour ce qui est de l’armement explosif, on retrouve différentes grenades, une sorte de C4 ou encore une étoile à gravité qui attire les ennemis avant d’exploser. Vous l’aurez compris, côté personnalisation du Pilote, c’est assez poussé et complet, surtout qu’en somme, énormément de camouflages sont proposés pour customiser notre soldat.

L’essence même de cette licence réside dans la possibilité de jouer dans de gros méchas, les fameux Titans. En mode multijoueur, il y en a cinq et chacun dispose de ses propres spécificités et styles de jeu. Ces Titans nous sont familiers puisque si vous avez jouer au mode solo, vous les avez déjà rencontrés, et même y jouez. Dans l’ensemble, chaque Titan est bien équilibré, il n’y en a pas un qui est beaucoup plus fort/résistant/puissant qu’un autre. Ce qui est finalement une bonne chose en soi.

Pour terminer sur l’aspect Personnalisation en multijoueur, le jeu nous propose 12 Boost. Ces Boost sont activables au cours de la partie si vous avez rempli un certain niveau de la jauge. Ces derniers sont une sorte d’aide pour le joueur. On y retrouve un Boost qui brouille les radars des ennemis, un qui augmente les dégâts des armes, un autre qui déploie des tiques explosives, ou encore une tourelle, un blindage plus résistant et même un autre qui permet de verrouiller des cibles et de les éliminer à coup sûr.

Des modes de jeu originaux

Une dizaine de modes de jeu présents en multijoueur et certains proposent quelque chose de nouveau, comme le mode Chasse aux primes qui consiste à gagner de l’argent tout en tuant des ennemis et des IA (robots, Titans…) tout en encaissant à chaque fin de manche cet argent dans des banques pour avoir plus de points. Si un ennemi vous tue, vous perdez une certaine somme d’argent. Ce qui peut vite provoquer un retournement de situation, surtout en fin de partie.

Point clé amplifié peut être apparenté à de la Domination. Trois « drapeaux » dispatchés sur la map, et vous devrez les capturer pour gagner des points. Ces points peuvent être « amplifiés » si vous restez 30 secondes sur le « drapeau », ce qui permet ensuite de doubler les points gagnés. Encore une nouvelle fois, la situation peut très vite changer et une équipe qui a une avance non négligeable peu se faire rattraper rapidement.

Pour les autres modes, on retrouve de la MME avec et sans Titan, du Free-for-all également avec et sans Titan, ou encore de la Capture de Drapeau. En somme, certains modes classiques vus et revus des jeux FPS, mais aussi quelques uns qui vont très bien avec le style de jeu proposé par TitanFall 2.

Où est le Frostbite ?

S’il y a bel et bien un point que l’on ne peut pas reprocher aux derniers jeux édités par Electronic Arts, c’est l’utilisation du moteur Frostbite 3 qui fait tout simplement des merveilles. Alors pourquoi ne pas l’avoir utilisé pour TitanFall 2 ? Très bonne question. Même si le jeu de Respawn est globalement beau graphiquement proposant même de magnifiques environnements et panoramas en mode solo, le jeu accuse du retard sur ce point là. Certaines textures grossières et baveuses, des couleurs un peu ternes et également des animations des personnages et Titans un peu rustres. Toutefois côté technique, c’est du costaud. On sent bien les 60 images par seconde, très agréables pour ce fast-FPS.

Petit point négatif, c’est la bande sonore qui ne marque pas du tout l’esprit. Peu présente, aucun thème qui sort du lot et surtout des parties multijoueur vides d’ambiance sonore. Et ce n’est pas le charismatique Joey Starr qui va nous emballer. Au contraire… Surtout que dans l’ensemble, la VF n’est pas fameuse. Terminons tout de même sur une note positive : les futurs DLC gratuits (maps, modes de jeu), même si cela ne veut pas dire non aux microtransactions présentes pour tout ce qui est cosmétique.

titanfall 2

Conclusion

Outsider en 2014, TitanFall a su se faire une place parmi les ténors du FPS. TitanFall 2 est un véritable challenger, et une belle réussite. Multijoueur complet, accompagné d’un gameplay bien nerveux et dynamique, et des Titans disposants chacun de son propre style de jeu. Notons l’arrivée d’une campagne solo très classique, mais très fun à faire. La patte Call of Duty se voit véritablement, et on ressent que les développeurs maîtrisent très bien leur sujet.

Points positifs

  • Gameplay survitaminé
  • Multijoueur complet
  • Des modes de jeu rafraîchissants (Chasse aux primes)
  • Solo efficace
  • Des Titans différents et agréables à utiliser
  • Propre techniquement
  • Futurs contenus gratuits

Points négatifs

  • Où est le Frostbite ?
  • Campagne très courte
  • Une IA à la ramasse totale…
  • Quelques problèmes de réseau (ping parfois élevé)
  • Joey Starr ...
8

Super