Tomoë Déesse de l’eau : Tome 1 – Le pirate yoshinaka : Critique

Tomoë Déesse de l'eau
Disponible depuis le 1er mars dans toutes les librairies, Tomoë Déesse de l’eau nous plonge au temps des Samouraïs et de la piraterie. Cette BD de deux tomes est édité des chez Bamboo Edition. Avec ce premier tome, on découvre un univers passionnant et une histoire de captivante de Jack Manini aidé par Tieko pour les dessins.

tomoë désse de l'eau critique

Synopsis :

Japon, 1461. Dans son palais à Kyoto, le shogun envisage de se retirer. Sa succession attise la jalousie, et rivalités et intrigues de cour affaiblissent d’autant son pouvoir. Dans un village de pêcheur, le pirate Yoshinaka enlève la jeune Sayo, persuadé qu’elle a hérité des dons et du sabre de son aïeule Tomoë, la déesse de l’eau. Le pirate veut faire d’elle une puissante combattante avant de l’épouser pour réincarner le couple mythique que son ancêtre formait avec Tomoë et, ainsi, profiter des divisions pour devenir le maître de Kyoto.

Critique :

Au vu du cadre dans lequel le scénariste souhaite nous plonger, on peut s’attendre à tout. Trahison, action, passion et soif de pouvoir et on est loin d’être déçu, bien au contraire. L’histoire est captivante et la BD se dévore à une vitesse folle. Il faut bien avouer que 48 pages, ce n’est pas beaucoup. Cela dit, on a également droit à 8 pages en plus. Ces dernières relatent quelques faits historiques avec en prime des illustrations de toutes beautés. Pour en revenir à ce premier tome, autant vous dire qu’on l’a vraiment apprécié. La maturité qu’il s’en dégage est d’ailleurs un atout indéniable et la qualité du scénario fait de ce premier volume un vrai coup de cœur

L’accent est mis sur l’histoire de Sayo dans ce premier volume. Elle a tout de même vécu des choses affreuses et est contrainte de vivre avec un pirate. Elle va devoir faire avec et ainsi, elle va évoluer sur de nombreux points. Entrainement au maniement du sabre, amour interdit, bref, chaque page est un régal. On ne va pas trop vous en dire au sujet de la trame principale de la BD, ça serait vous gâcher le plaisir.

Ce premier tome de Tomoë déesse de l’eau est sublimé par de les très beaux dessins de Tieko. L’artiste parvient parfaitement à retranscrire les différentes émotions des personnages et à proposer une ambiance fidèle à ce qu’on peut imaginer de l’époque. Une réussite totale pour ce premier tome qui ne laisse aucun temps mort. On est désormais curieux de voir comment se termine cette aventure passionnante. Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’au tome 2.

BD envoyée par l’éditeur

Acheter Tomoë Déesse de l’eau : Tome 1 – Le pirate yoshinaka

Précédente critique BD : Une vie avec Alexandra David Néel tome 1 & 2

Laisser une réponse