Une vie avec Alexandra David-Néel livres 1&2 – Critique

une vie avec Alexandra david neel BD
Vous aimez les récits de vies extraordinaires, visiter des lieux exceptionnels et lointains ou encore vous êtes passionnés par le monde asiatique et la culture bouddhiste vous intrigue ? Alors jetez-vous immédiatement sur « Une vie avec Alexandra David-Néel » la bande dessinée achevée en seulement deux tomes, écrite et dessinée par deux amis Fred Campoy et Matthieu Blanchot, parue aux éditions Grand Angle. Je vais tout de même vous partager ma critique modeste mais néanmoins fournie ci-dessous pour peut-être, je l’espère, vous convaincre davantage…

une vie avec Alexandra david neel livre 1

Je suis une légende…

Qui aurait cru qu’une chanteuse d’opéra ayant côtoyé Victor Hugo durant son enfance serait devenue une orientaliste de terrain renommée, une tibétologue et écrivaine, qui vivra bien des aventures durant plus d’un siècle, grâce à son caractère bien trempé et surtout sa détermination et sa soif d’apprendre ? J’ai nommé Alexandra David-Néel, véritable héroïne de l’entre-deux guerres. Tout un programme…

L’histoire de la bd livre 1 débute en 1959, notre exploratrice qui a vraiment une personnalité hors du commun, a déjà 91 ans et pense être proche de la fin de sa vie, de ce fait elle recrute Marie-Madeleine qui sera chargée de veiller sur elle. L’employée de maison va se retrouver à aller à Digne, dans la demeure nommée Samten Dzong de sa nouvelle patronne, pour plonger en plein cœur de cette existence pour le moins passionnante… Mais une question se présente dès le début: va-t-elle résister aux sautes d’humeur et aux réflexions incessantes plus ou moins désobligeantes d’Alexandra ou craquera-t-elle, rendant son tablier, comme tous les employés précédents ?

une vie avec Alexandra david neel BD

D’emblée on est dans l’ambiance, Aix-en-Provence 1959, Alexandra reçoit Marie-Madeleine pour un entretien d’embauche chez elle. On parcourra l’histoire à travers les yeux de Marie-Madeleine qui découvre au fil des pages Alexandra, qui a dédiée sa vie à son immense passion pour l’exploration. Elle a quand même parcouru le Japon, la Corée, la Chine, la Mongolie et le Tibet, excusez du peu. On apprend alors qu’elle a passé plus de 15 ans en Asie et qu’elle est la première femme occidentale à avoir mis les pieds à Lhassa, au temple sacré réservé habituellement aux hommes… On note que la BD est alors dans les tons sépia pour le présent et en couleurs pour les flash-back du passé. Un effet de style pour le moins surprenant au départ mais appréciable pour mieux se repérer, finalement c’est une super idée!

une vie avec Alexandra david neel BD

On aime aussi le côté résolument décalé avec des portraits, qui sont à la limite de la caricature, du physique des personnages, le nez de Marie-Madeleine Peyronnet, dessiné longiligne et à la retrousse fait penser aux caricatures de Cabu pour Dorothée par exemple. Cela apporte un ton comique et une certaine légèreté à la bd, en faisant un divertissement réel. Le ton adopté aussi se veut fidèle et cohérent avec les protagonistes, les rendant plus qu’attachants. Le coup de crayon de Mathieu Blanchot est plus qu’intéressant, il nous permet tantôt de parcourir les paysages de Provence, sa villa de Digne remplie de ses souvenirs, comme ceux d’Asie, pour un voyage inoubliable.

 

Retour vers le futur

Une Vie avec Alexandra David Néel

Avec le livre 2, maintenant que l’on est bien imprégné des personnages, ou du moins de ce qu’on a bien voulu nous en dire dans le premier livre, on aborde d’emblée avec la suite du chapitre sur Lhassa sur laquelle s’était terminé le livre 1. On aime parcourir les récits de cette vieille dame en fin de vie mais avec toujours les souvenirs intacts de toute sa vie d’aventurière, et qui a fait sa première fugue à 2 ans, si si !

A 8 ans lisant les livres de son père, notamment géopolitique et philosophie, le passage préféré d’un des livres « le monde est une charogne et ceux qui s’y attachent sont des chiens », le ton est donné, la future exploratrice n’est pas une petite fille comme les autres, et on aime ça !

Dans ce livre l’accent est mis sur le comment du pourquoi Alexandra David-Néel en est arrivée à faire de sa vie une véritable quête du bonheur et la réalisation de ses rêves. D’une intelligence, d’une imagination et d’une ténacité sans limite, ses capacités d’adaptation voire de mimétisme lui feront vivre l’aventure de sa vie avec un seul but rentrer à Lhassa. Usant durant toute cette épopée de divers stratagèmes tous plus loufoques les uns que les autres on sait qu’elle parviendra au bout de son rêve, et les dessins et les dialogues nous transportent littéralement, on ne se lasse pas de ce genre de bd, mêlant aventure et réalisme, humour et spiritualité, le tout avec brio où l’expression « la fin justifie les moyens » prend alors tout son sens.

L’aventure est d’une intensité incroyable. Durant 11 chapitres, on est complètement transportés à travers les différents âges et l’intimité qui font la vie de l’aventurière dans un ordre anarchique. De sa naissance jusqu’à son décès, avec les dessins à l’appui comme si on avait les photos devant nos yeux et le récit d’une vieille dame passionnante. La dimension que la BD prend est juste extraordinaire grâce aux bonds dans le passé. On est happé par cette histoire incroyable. Le tout entrecoupé de la communication entre les deux femmes, Alexandra David Néel « le hérisson » comme elle se nomme elle-même et sa servante Marie-Madeleine Peyronnet, dite « la Tortue », fidèle et dévouée (10 ans de sa vie c’est pas rien…) contre vents et marées, des dialogues presque violents parfois, mais au fond toujours avec cette tendresse, bien cachée je le concède, mais bien là.

 

L’accent est mis sur le musée Guimet, où de nombreux legs de l’exploratrice sont disposés. Musée qui a ouvert en 1889 l’année des 21 d’Alexandra et qui a été l’un des points de départ de la passion de sa vie: le bouddhisme. Pour la petite anecdote des planches de cette BD y sont aussi exposées, une petite consécration… On finira cette critique avec la devise de l’exploratrice aussi passionnante qu’attachante. « Marche comme ton coeur te mène et selon le regard de tes yeux ».

Bref, vous l’aurez compris il vous faut absolument lire cette bande dessinée, que vous connaissiez ou non Madame David-Néel. Vous pourrez alors vivre à travers ces bulles une partie de son destin hors du commun et vous y prendrez à coup sûr un immense plaisir. La BD s’adresse aussi bien à un public jeune qu’adulte, aux petites filles curieuses qu’aux hommes fraîchement retraités. Elle est rendue accessible à tous, alors plus d’excuses pour lire ! Vous n’en sortirez pas indemnes et qui sait, elle réveillera peut être l’exploratrice qui sommeille en vous….

Si l’aventure vous intéresse, vous pouvez commander le livre 1 et le livre 2 directement sur Amazon.

Laisser une réponse