Vivendi recule face à Ubisoft

Ubisoft

Vous pensiez que l’affaire était terminée, et pourtant, la partie d’échecs entre Vivendi et Ubisoft continue toujours. La multinationale était toujours à l’affut de la moindre faille d’Ubisoft pour mieux réussir à dévorer l’éditeur. Cependant, la levée de boucliers de Guillemot semble mettre un terme au deuxième round.

Il y a peu, l’assemblée générale qui avait eu lieu laissait entendre un inquiétant statu quo. Vivendi met finalement fin aux spéculations et annonce un recul de la part de la multinationale. En somme, le groupe de Bolloré est à 26, 6 % de part d’Ubisoft, et atteindre les 30 % signifierait devoir faire une offre d’achat. Vivendi avait clairement la possibilité d’atteindre le pourcentage requis, mais ne l’a pas fait. Le groupe annonce tout simplement qu’il ne le fera pas, tout comme solliciter le fauteuil d’administration. Vivendi se dit conscient de « l’opposition manifestée » par Ubisoft.

Si Ubisoft finit l’année sous les rennes des frères Guillemot, la partie n’est sans doute pas terminée. Le groupe de Bolloré possède encore une force énorme, et sans doute que racheter l’éditeur couterait encore un peu trop cher à l’heure actuelle. D’ailleurs, la multinationale déclare être toujours intéressée par le secteur du jeu vidéo. Ubisoft est clairement conscient d’avoir gagné le deuxième round, mais déclare rester vigilant

Nous resterons vigilants sur leurs intentions à long terme et continuerons à poursuivre notre stratégie de croissance et de création de valeur dans l’intérêt de l’ensemble de nos actionnaires

 

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse