WRC 6 – Test

On connaît tous les licences annuelles telles que FIFA, PES, ou encore Call of Duty, très médiatisées, et il y en a d’autres qui le sont un peu moins. Comme la licence WRC qui, depuis 2010, s’offre chaque année un nouvel opus (sauf en 2014). Après des années aux mains de Evolution Studios, Milestone, la série s’est arrêtée l’année dernière en France, dans les studios de Kylotonn Games (rebaptisé KT Games). Après leur premier épisode en 2015, les français réitèrent de nouveau en cette fin d’année avec WRC 6 : FIA World Rally Championship sorti le 7 octobre sur PlayStation 4, Xbox One et PC. À noter également qu’il s’agit de la première fois que la licence ne sort que sur les consoles actuelles et PC délaissant ainsi les anciennes consoles de salon et la PlayStation Vita. Alors quand est-il pour WRC 6 ? Le virage a-t-il bien été abordé cette année ? Réponse dans ce test…

wrc-6-jeuxcapt-test

Un manque de nouveautés

Lorsque vous lancerez pour la toute première fois le jeu, ce dernier ne va pas vous proposer de suite les menus, mais une Spéciale vous permettant de (re)prendre en main la conduite WRC. Un entraînement pour les professionnels de la licence, plus un tutoriel pour les petits nouveaux qui viennent de débarquer. Ainsi, à la toute fin de cette toute première course, le jeu va alors proposer suivant votre niveau la difficulté conseillée. Libre à vous ensuite de la changer dans les options.

Après cette mise en bouche, le menu principal s’ouvre à nous. Premier constat, le menu est très classique avec des blocs de carrés accompagnés d’une petite musique qui s’avère être la même tout le temps et vite agaçante. Autre petit négatif à noter dans les menus, c’est le manque d’ergonomie et une interface utilisateur (UI) à revoir et assez déroutante. En effet, lorsque vous choisissez un mode (peu importe lequel) vous allez tomber sur un autre menu proposant différents onglets. Le problème , c’est ce ces onglets sont affichés en minuscules en bas à gauche, et non au milieu. Du coup, les premières fois, vous allez sans doute vous demander s’il s’agit d’un bug, mais non, c’est tout simplement une conception assez austère des différents menus. Bref, on cherche un peu la petite bête, toutefois, un travail plus conséquent sur ce point pour le prochain opus ne serait pas de trop.

Côté mode de jeu, le constat est sans appel : pas vraiment de grosses nouveautés. Le mode solo est toujours présent avec la possibilité de faire une partie rapide en choisissant le Rallye, les conditions météo, la voiture, le mode Carrière qui vous permettra de faire votre petit chemin en Junior WRC, puis en WRC 2 et WRC en signant des contrats (il s’agit là du mode le plus intéressant…), et enfin, il est aussi possible de créer son propre championnat (très classique, on choisit les Rallyes, la voiture et en route).  Ici, ce qui va réellement intéresser les joueurs, c’est le mode Carrière. On enchaîne les Spéciales, les quelques contrats, mais ça s’arrête là. On pousse pas la chose à fond, c’est du basique, ça reste du WRC. Mais un peu de nouveautés ne ferait pas de mal non plus.

Le mode multijoueur, quant à lui, c’est aussi du classique. On choisit, soit de jouer en local (à plusieurs sur le même écran!) ou soit en ligne en affrontant des joueurs du monde entier. Ici, pas de niveau, rien, le but étant de terminer le premier avec le meilleur temps. Notons aussi qu’il est possible de créer son propre lobby, et de paramétrer le tout (difficulté, Rallye, etc.). Dommage qu’il n’y a foule au portillon et un manque de contenu assez certain.

Pour terminer sur les modes principaux présents, on a deux modes à défis : Shakedown où le joueur devra faire le meilleur score sur un tracé spécial qui change régulièrement, et Championship où dans celui-là, il faudra faire le meilleur score. Petite difficulté en plus, ces deux modes proposent un bonus et un malus pour pimenter le tout.

En somme, des modes de jeu très (trop) classiques, qui ne révolutionnent rien. Ce qui serait bien pour la prochaine fois, c’est d’au moins travailler plus en profondeur le mode Carrière, ou encore le mode multijoueur afin que les joueurs puissent rester sur le jeu plus longtemps.

Plutôt simu ou arcade ?

En ce qui concerne le gameplay de WRC 6, partie importante pour un jeu de ce genre, il n’y a pas réellement de changement par rapport aux anciens opus. Si vous voulez une véritable simulation, ce n’est pas avec la licence WRC que vous allez l’avoir. Comme toujours, le côté arcade du jeu se fait toujours aussi présent. Et ce ne sont pas les quelques petits paramètres pour « corser » le tout qui vont changer la donne.

WRC 6 est un jeu très accessible. Vous pouvez toujours modifier la difficulté du jeu si vous avez l’envie. Amateur, en passant par intermédiaire, jusqu’à Pro ou alors vous pouvez personnaliser le tout : dégâts bien visibles, stabilité, etc.

Toutefois, le studio a apporté quelques changements minimes dans le gameplay. Déjà les Spéciales sont plus longues, et les tracés plus étroits qu’avants, une bonne chose. De plus, les nids de poule & compagnie ont enfin un impact sur le comportement de votre véhicule, surtout si vous jouez en Pro, notamment.

Parlons également d’un truc qui fâche : les pénalités. Que vous soyez en Amateur ou en Pro, vous avez les mêmes pénalités. Un peu décourageant pour un nouveau, surtout que ces dernières sont parfois absurdes. À peine deux roues en dehors du tracé, et hop +8 secondes, sérieusement ? Clairement, c’est quelque chose qui doit être retravaillé, surtout pour la difficulté Amateur, le reste ça peu se comprendre (essayer de faire un sans faute en Pro), mais quel dommage de se taper même jusqu’à 20 secondes de pénalités pour une petite erreur…

Pour résumer le tout, WRC 6 fait du WRC : un gameplay plus arcade que simu, plus accessible pour les débutants. Ce qui n’est pas un point négatif en soi.

L’Île de Beauté

Graphiquement, ça souffle le chaud et le froid, tout comme le côté technique du jeu. Les voitures ont une modélisation globalement réussie, et n’ont rien à envier à d’autres jeux de courses triple A. On peut aussi, au fil de l’avancer, voir la dégradation du véhicule, surtout si vous êtes dans un tracé type terre, ou encore neige. Ce qui donne un peu plus de réalisme au jeu.

Pour le reste, et concernant surtout les environnements, il y  a du mieux. C’est nettement plus travaillé, surtout les environnements proches, par contre, ceux qui sont plus lointains, c’est le minimum syndical : du flou, texture médiocre, distance d’affichage faiblarde.

Enfin, si le jeu souffre un peu moins de clipping, on peut parfois voir popper ici et là des arbres, des pierres. Malheureusement, l’aliasing répond toujours à l’appel, ainsi qu’un tearing assez prononcé, et un framerate correct, mais pas en 60 FPS…

La licence officielle

Gros point positif de cette licence WRC c’est qu’elle comporte la totalité des licences officielles de Rallye. Les fans sont aux anges puisqu’ils pourront conduire une DS3 avec Loeb. Tous les véhicules, marques sont là. Rien à redire à ce propos, ce n’est que du positif.

Terminons ce test par la partie bande sonore du titre. Si la musique du menu est agaçante à la longue, car il n’y en a qu’une, celle des voitures est, en général, convaincant. Par contre, mon dieu, notre copilote qui mâche ses mots, on n’y comprend parfois rien du tout, et surtout, il nous gonfle vite. Un conseil, baisser le volume pour la voix du copilote, croyez moi, ça sera mieux après.

Conclusion

Peu de nouveautés majeures, ni même de changements pour ce WRC 6 qui fait toujours du WRC. Malheureusement, il y a encore pas mal de modifications à faire que ce soit dans la partie gameplay, graphique, technique et même sonore. Globalement, en effet, le jeu manque de finitions, ce qui est bien dommage, surtout après autant d’opus. Quoiqu’il en soit, les fans seront toujours ravis de retrouver les vraies licences de Rallye, et pour les petits nouveaux, l’accessibilité et une prise en main rapide.

Découverte WRC 6

Points positifs

  • Les vraies licences
  • La modélisation des voitures
  • Les tracés plus longs, plus étroits
  • Accessible
  • Plus arcade que simu (comme d'habitude)
  • Graphiquement nettement plus beau, mais…

Points négatifs

  • Techniquement pas encore au point
  • Les pénalités…
  • Manque de nouveautés
  • Des modes de jeu pas originaux
  • Tais-toi copilote, merci
  • … le reste, non
7

Bon