Le Xbox Game Pass prend date et se détaille !

Il y a quelques mois, Phil Spencer, chef de la division Xbox, planchait sur un autre abonnement pour les joueurs Xbox. Celui-ci voulait qu’Xbox soit le Netflix du jeu vidéo. Ce qu’il faut comprendre par là, c’est qu’un abonnement est en création pour jouer en illimité à une belle galerie de jeux.

À l’époque, cela semblait encore bien flou et on ne savait pas quand cela se ferait, et si cela se ferait vraiment. Cependant, conscient d’un retard en matière de jeux, Microsoft veut sans doute innover ailleurs, dans le service. Ainsi, le constructeur annonce fièrement que le Xbox Game Pass est bientôt prêt. En effet, Microsoft annonce ce service pour le 1er juin aux États-Unis. Ce qui ne fait plus que deux petites semaines en somme. Cet abonnement supplémentaire coûtera une dizaine d’euros par mois, mais permettra d’avoir accès à une centaine de jeux Xbox One et 360, en illimité. On note que la liste de ces jeux sera évidemment augmentée fréquemment. Microsoft précise toutefois qu’il est possible de jouer en streaming directement, ou en téléchargeant le jeu. Là où le PlayStation Now demande une connexion béton pour ne pas perdre en qualité d’image. Autre comparaison d’ailleurs, le Xbox Game Pass permettra d’avoir 20 % sur les jeux proposés et 10 % sur les extensions. Un principe intéressant si vous voulez garder le jeu définitivement.

Sachez que si l’offre vous intéresse, les joueurs Gold peuvent dès à présent essayer cet abonnement. La grande question qui fut déjà lancée pour le PlayStation Now est : est-ce que les joueurs vont mettre 10 € en plus de leur abonnement online ? Ce qui veut aussi dire ne pas réellement posséder les titres auxquelles on joue. Nous verrons tout cela très vite, dans l’année qui suivra. D’après les rares retours, le PlayStation Now ne serait clairement pas une bonne manne financière. L’opacité de Sony sur ce sujet en dit d’ailleurs long.

 

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse