TEST – Yakuza Kiwami : Un lifting digne de ce nom pour Yakuza premier du nom ?

Il y a douze ans, le premier opus de Yakuza montrait le bout de son nez sur Playstation 2.Après 6 épisodes et plusieurs spin off, SEGA nous offre aujourd’hui un magnifique remaster du premier opus intitulé : Yakuza Kiwami.

Yakuza Kiwami

La suite directe de Yakuza Zero

Tout d’abord, Yakuza Kiwami n’est pas simplement une remise à niveau côté graphisme loin de là, il rajoute déjà 30 minutes additionnelles pour suivre avec son préquel, car celui-ci avait quelques incohérences avec l’opus de 2005, mais tout cela a été corrigé grâce à quelques cinématiques supplémentaires, ainsi qu’avec beaucoup de quêtes annexes toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

Maintenant, parlons du gameplay à proprement parlé. Tout le long de l’aventure vous aurez droit à quatre styles de combats bien différents.Chaque style peut-être amélioré au fur et à mesure de votre progression dans l’aventure sauf un : le style «Dragon de Dojima». Celui-ci se débloque à la fin de la trame principale de Yakuza Zero, mais dans Kiwami vous aurez accès dès le début, mais il est important de savoir que pour l’améliorer il vous faudra obligatoirement combattre Majima « protagoniste de Yakuza Zero ».

Ce fou parfois drôlement déguisé vous provoquera en duel à chaque coin de rue, n’importe où et n’importe quand, mais une fois vaincu une bonne paire de fois, votre style « Dragon de Dojima » deviendra une arme de destruction massive, un mal pour un bien.

Une maîtrise des quatre styles est obligatoire pour pouvoir progresser sans trop de difficulté dans le jeu. Il faudra généralement utiliser le style de vitesse pour pouvoir anticiper les coups adverses plus facilement même si vous faites moins de dégâts en contrepartie. Contre les ennemis de base que vous trouverez partout en ville, ça sera l’occasion pour vous de vous entraîner, car une fois contre les boss cela ne sera plus du tout pareil, ils sont très réactifs et tant mieux, car cela offre des combats palpitants.

Un scénario de folie !

Yakuza Kiwami

Après les incidents du préquel, Kazuma Kyriu et son partenaire Akira Nishikiyama ont grimpé en rang au sein de la famille Dojima, mais un accident surgit le mois de septembre 1995. Pour protéger son ami, Kyriu n’hésite pas une seule seconde à provoquer la colère des yakuzas et en payer le prix. Suite à cela, il va faire un séjour de 10 ans en prison mais à sa sortie il n’a aucune idée de ce qu’il va faire.

Le scénario de Yakuza est toujours aussi surprenant malgré des années après sa sortie, graphiquement au top on prendra plaisir tout le long de l’aventure à suivre les périples de notre protagoniste.Seul bémol, pour apprécier à sa juste valeur le scénario, il vous faudra des bases solides en anglais puisque malheureusement, la licence n’est toujours pas localisée en français. Le tout est ainsi sous-titré en anglais et comporte les voix anglaises ou japonaises, suivant votre choix.

En dehors de la trame principale qui vous occupera une bonne vingtaine d’heures en ligne droite, plus de 70 quêtes secondaires sont disponibles et qui vous permettrons de gagner des « Completion Points » (CP). Une fois dépensé, ils vous donneront accès à des compétences facilitant la progression de certaines interactions que l’on vous laisse le plaisir de découvrir.

Un Tokyo où l’on ne s’ennuie jamais !

Si après quelques combats dans la trame principale vous en avez marre, vous pourrez toujours vous divertir dans les nombreuses activités secondaires que propose ce Yakuza Kiwami.Vous l’aurez sûrement compris,le point fort de cet opus est sûrement le fait d’avoir retranscrit à la perfection l’ambiance du Japon comme les quartiers commerciaux. Se promener dans Kamurocho est un véritable plaisir, entre les différents ennemis qui veulent votre peau à longueur de temps ou bien encore les nombreuses activités comme le bowling, le billard, le karaoké, les restaurants, les bars ou bien même l’achat de DVD pour adultes.

Yakuza Kiwami

En dehors de ses activités plutôt classiques, il y a un mini-jeu plutôt différent des autres, il s’agit du «MesuKing : Battle Bug Beauties».Il s’agit d’un pierre-feuille-ciseaux très spécial. Ici vous ferez combattre de jeunes demoiselles dénudées, représentant des insectes. Même s’il devient très vite répétitif car cela reste un shifumi, il donne le sourire et le principe de collectionner les cartes le rend tout de même intéressant. Ensuite, il y a aussi le «Pocket Circuit Car Racing», vous pourrez y affronter une belle brochette de geek dans des courses de voiture miniature, comparé à Mesuking celui-ci reste beaucoup moins surprenant et reste dans le « classique ».

Conclusion

SEGA offre un nouveau souffle au premier opus de la licence Yakuza avec ce remake de grande qualité. Avec ses 30 minutes de cinématiques supplémentaires, beaucoup de choses qui étaient trouble dans Zero deviennent tout de suite plus claires ici. Graphiquement superbe, des rues jusqu’à la modélisation des personnages tout y est magnifiquement travaillé et c’est avec plaisir que l’on découvre ou redécouvre ce premier opus. Si vous n’avez jamais mis la main sur un Yakuza, l’occasion se présente grâce à ce remake de haute qualité pour un prix relativement peu élevé. Comptez plus de 20 heures pour finir le jeu en ligne droite et rajouter environ 80 heures supplémentaires pour finir toutes les quêtes annexes et activités secondaires. On attend avec impatience Yakuza 6 prévu pour le 20 mars 2018.

Test réalisé sur une version envoyée par l’éditeur.

Points positifs

  • Prix très correct
  • Très fluide avec un 60 fps constant
  • Un système de combat réussi
  • Des mini-jeux sympathiques
  • Un remake de qualité

Points négatifs

  • Pas de traduction française
  • Le moteur graphique commence à vieillir
8

Super